Département de littératures et de langues du monde
Dictionnaire Français/Francoprovençal
Français
U
Page 1 de 2Page suivante
ulcère
n.
ORB
ulcéro
bressan
ulsère
exemple
Can me chi mèryô, al l'apourtive jamé, lou litre. Ére touzhou mo qu'alive lou shourshi. Pi apré il ave pri un ulsère. [Rom.5]
Quand mè su mariâ, el l'aportéve jamés, lo litro. Ére tojorn mè qu'aléve lo chèrchiér. Pués aprés il avêt prês un ulcéro. Quand je me suis marié, elle (ma femme) n'apportait jamais le litre (de vin, pour ne pas encourager la consommation d'alcool). C'est toujours moi qui allait le chercher. Ensuite, il (mon beau-père) avait pris un ulcère.
un [1]
dét., pr.
ORB
un
n'
bressan
on
n'
an
exemple
"Robin", bin in patouâ, é "Reubin": "ét on Reubin"; "é na Rebena". "Bertaud", in patouâ é "Berteu", don bin cha fena é na "Berteuda". [Dom.1]
"Robin", ben en patouès, est "Rôben": "est on Rôben"; "est na Rôbena". "Bertaud", en patouès est "Bertôd", donc ben sa fèna est na "Bertôda". "Robin", en patois, c'est "Reubin": (on dit) "c'est un Reubin", "c'est une Reubina" ('Robine' au féminin). "Bertaud", en patois, c'est "Berteu", mais pour sa femme on dira "une Berteuda" ('une Bertaude').
N'évènemè on peu inatèdu dè chla péryôde, éy e lou Tou de l'in. Chtey é, i ch'e pachô a la fin du ma de mé, alor que depi touzhou, y éve deri lou Tou de Franche, u ma d'eu. [St.Ét.1]
N'èvènement un pou inatendu dens cela pèrioda, oy est lo Tôrn de l'En. Ceti an, il s'est passâ a la fin du mês de mê, alor que depués tojorn, y ére derriér lo Tôrn de France, u mês d'oût. Un événement un peu inattendu dans cette période (que nous évoquons), c'est le Tour de l'Ain. Cette année, il a eu lieu à la fin du mois de mais, alors que depuis toujours, c'était après le Tour de France, au mois de mai.
Y a lontin que d'ava pô côjô patouâ. Nouè, y a lontin... - Vouj alô u groupe? - Y a pô greu de monde, ô dépar y in ave bin ancore an pte peu, in. - É n'intérache mémou pô mé lé zheunou. [Pir.1/Col.2]
Y at long-temps que j'avê pas côsâ patouès. Ouè, y at long-temps... - Vos alâd u groupo? - Y at pas grôs de mondo, u dèpart y en avêt bin oncor un petit pou, hen... - O n'entèrèsse mémo pas més lés jouenos. Il y a longtemps que je n'avais pas parlé patois. Oui, ça fait longtemps... - Allez-vous (parfois) au groupe (de patoisants)? - Il n'y a pas beaucoup de participants, au départ il y en avait encore un certain nombre (mais plus maintenant). - Ça n'intéresse même plus les jeunes.
fribourgeois
on
exemple
L’è j’on è lè j’ôtro l’an dou korâdzo, lè fô bin fèlichitâ. [Trey.1]
Les uns et les ôtres l'ant du corâjo. Les fôt ben fèlicitar. Les uns et les autres ont du courage. Il faut bien les féliciter.
valaisan
oun
exemple
N'ën atrapi oun ra ba ou sewi.
N'ens atrapi un rat bas u sèliér. Nous avons attrapé un rat à la cave.
un [2]
adj. num.
ORB
yon
bressan
yon
yan
exemple
Zh'èn a yon azhi. [St.Ét.1]
J'en é yon arriér. J'en ai un aussi.
Vouj èn avé ryin que yan chti cô? L'anë pôchô, vouj èn avyé betô deu... Ouè, me rapalou, vouj èn avyé betô deu [Rom.1]
Vos en avéd rien que yon, ceti côp? L'anê passâ, vos en aviêd betâ doux... Ouè, mè rapèlo, vos en aviêd betâ dou. Vous n'en avez qu'un (= mini-magnétophone pour enregistrer la conversation), cette fois? L'année passée, vous en aviez mis deux (sur la table)... Oui, je me rappelle, vous en aviez mis deux.
fribourgeois
yon
un peu
adv.
ORB
un bocon
un boconèt
un pou
pas bien
guouéro
un béchon
un béchon un pou
un troc
un' onda
una miéta
bressan
on peu
on po
on bessan
on bessan on peu
on beshan
on pô
on beshon
pô byè
guézhou
exemple
Oh bin oua! De rassene pi de catrouye surtou! Le bétrôve rouzhe, on le betive pô dan la choupa, pasquë é colore can mémou on peu, chin. [Mant.1]
Oh ben ouè! De racenes pués de catrolyes surtot! Le bèterâves roges, on les betiêve pas dens la sopa, perce-que o colore quand mémo un pou, cen. (- Mettiez-vous beaucoup de le légumes dans la soupe?) Oh oui! Des carottes et des pommes de terre surtout! Les betteraves (rouges), on ne les mettait pas dans la soupe, parce que ça colore quand même un peu, ça.
Vou voulé drë lé pissanli dé prô? On in ramossive on po, oué. [Rom.4]
Vos voléd dére lés pissenliéts dés prâts? On en ramassiêve un pou, ouè. Vous voulez dire les pissenlits des prés? On en ramassait un peu (pour les manger en salade), oui.
Y ave douvej ècules, y èn ave yena a La Ripe dé Man, on velozou qu'et on bessan élouanyô de Roumené. [Rom.1]
Y avêt doves ècoules, y en avêt yena a La Ripa des Monts, un velâjo qu'est un béchon èluegnâ de Romenê. Il y avait deux écoles (dans la commune de Romenay), il y en avait une à la Rippe des Monts, un village un peu éloigné (du bourg) de Romenay.
Ôzoudri i va éte tré bon, demon ari. Apré, i pu éte on bessan on peu fouâ. I fôdrâ byin lou charé pe dré qu'il oche pouin d'éra. Pasque é l'ér que va lui fère continué de che fére. [Rom.1]
U jorn d'hué il vat étre trés bon, deman arriér. Aprés, il pôt étre un béchon un pou fôrt. Il fôdrat bien lo sarrér por dére qu'il usse puent d'êr. Perce-que o l'êr que va lui fére continuér de sè fére. Aujourd'hui, il (le "fromage vieux") va être très bon, demain aussi. Après, il peut être un peu fort. Il faudra bien le tasser (dans le contenant) afin qu'il n'y ait pas d'air. Parce que c'est l'air qui va faire en sorte qu'il va continuer à se faire (prendre un goût plus prononcé).
I nou redrochiyè bin on beshan con mème. I nou lochive pô trou côjé lou patouâ. Oh pi on fèye bin atinchyon! Mé ètre gamin, on côjive bin patouâ. I pouonive pô con mème. [Rom.5]
Ils nos redrèciêvênt ben un béchon quand mémo. Ils nos lèssiêvênt pas trop côsér lo patouès. Oh pués on fesêt bin atencion! Mas entre gamins, on côséve bin patouès. Ils punévênt pas quand mémo. Ils (les instituteurs) nous réprimandaient bien un peu quand même (s'ils nous entendaient parler patois). Ils ne nous laissaient pas trop parler patois. Et on faisait attention (de parler français en leur présence). Mais entre enfants, on parlait patois. Et ils ne nous punissaient pas pour autant.
Le velyë, on alivé, on mézhive... dé cô d' l'shôtonye, pi na bertya; on pô de sossisson pi de froumôzhou; lou café pi la goute; ah bin na pta goute. [Rom.5]
Les velyês, on aléve, on mengiêve... des côps de les châtagnes, pués na bèrta; un pou de socesson pués de fromâjo; lo câfè pués la gota, ah ben na petita gota. Pour les veillées, on allait (les uns chez les autres), on mangeait... parfois des châtaignes, et une tartine; un peu de saucisson et de fromage; (on buvait) le café et la goutte; il fallait bien une petite goutte!
E la d'rire mouojon qu'éy a can te vô a Lyeuè. A t on beshon dè lé shan. [Rom.5]
O la derriére mêson qu'oy at quand te vâs a Loens. El 'st un béchon dens lés champs. C'est la dernière maison sur la route qui mène à Louhans. Elle est un peu en retrait dans les champs.
fribourgeois
on bokon
on bokenè
on tro
oun' onda
exemple
Vo chédè chin ke l’è, kan l’i a ôtyè dè novi, lè dzin fan on bokon d’èchpyenâdzo... [Trey.1]
Vos séde cen que l'est, quand il y at otye de novél, les gens fant on bocon d'èspionâjo... Vous savez ce que c'est, quand il y a quelque chose de nouveau, les gens font un peu d’espionnage...
Lè pye vîyo fochílo dè dahhú fan a väëre on bokenè d’achimètrí dè la grantyá èntre lè mènbro gôtso è dræ. [All.1]
Les ples vielyos fossilos de dahut fant a vêre un boconèt d’asimètrie de la grantior entre les membros gôchos et drêts. Les plus vieux fossiles de dahu indiquent un toute petite asymétrie dans la longueur entre les membres gauches et droits.
Vo krédè pâ ke chin îrè on tro dèvan, chin, dèvan mile nou thin thinkant' è nà ? Po chin ke mè, îro adon a l’èkoûla pê Roumené, dè chi tin. [All.1]
Vos crèdéd pas que cen ére un troc devant, cen, devant cinquante-et-nôf? Por cen que mè, éro adonc a l'ècoula de cél temps. Vous ne croyez pas que c'était un peu avant, ça, avant 1959 (qu'elle était institutrice à Romenay)? Parce que moi, j'étais à l'école à Romenay, à l'époque.
Ha tsê, l'ari fayê la kouêre rin tyè oun' onda [All.1]
Cela chèrn, l'arêt falyét la couére ren que un' onda. Cette viande, il aurait fallu la cuire rien qu'un (petit) peu.
une [1]
dét.
ORB
una
na
bressan
na
n'
una
une
exemple
Zh'avâ pô na bena téta. [Mant.1]
J'avê pas na bôna téta Je n'avais pas une bonne tête (je ne réussissais pas très bien à l'école).
On lou pèdive an'éshyela pe pouvouâ lou travalyë, lou ouâdre, li coupô la téta. [Conf.2]
On lo pendéve a n'èshyéla por povouêr lo travalyér, lo vouèdre, lui copar la téta. On le pendait (le cochon) à une échelle pour pouvoir le travailler, l'ouvrir, lui couper la tête.
I feyè bôdre du lé, pi i betivè de la fèrnâ de byô. Ij apalivè chè una "queula". Ét a drë que é ch'épéchi, pe dre qu'é choye épé. [Rom.1]
Ils feyênt boudre du lat, pués ils betévênt de la farena de blât. Ils apèlivênt cen una "côla". Est-a-dére que o s'èpèssét, por dére qu'o seye èpès. Ils faisaient bouillir du lait, puis ils mettaient de la farine de blé (pour faire la 'soupe du déjeuner', le 'dinné'). Ils appelaient ça une "colle". C'est-à-dire que ça s'épaissit, (ils mélangent tout ça) pour que ça soit épais.
Al a vu une èrényire, pi a vouye la tyué; alore l'a tyô davi na pôla. [Rom.5]
El at vu una aragnére, pués al volyêt la tuér; alor l'at tuâ d'avouéc na pâla. Elle a vu une araignée et voulait la tuer; alors elle l'a tuée avec une pelle.
fribourgeois
ouna
exemple
A chè pi vo tràvèri rin dè cha d’ouâ, ma, kô-châ?, pou-t-ithre ouna panèrâ d’amihyâ. [Trey.1]
À ses pieds, vos troveréd ren de sacs d'or, mas, qui sât?, pôt-étre una paneriê d'amitiêt. A ses pieds (aux pieds de l'arc-en-ciel), vous ne trouverez pas de sac d’or, mais, qui sait?, peut-être une panerée d’amitié.
valaisan
'na
exemple
Fóou 'na groucha awin.na pó pèrchye ché cwëe. [Sav.1]
Fôt 'na grôssa alêna por pèrciér cél cuér. Il faut une forte alêne pour percer ce cuir.
une [2]
num.
ORB
yena
una
bressan
yena
yenà
yuna
yene
exemple
Zh'é po de lej arnyeule. Què zh'è vayou yena, zh'apélou mon frézhe pe qu'i ch'èn équipe. [St.Cyr1]
J'é pouer de les aragnoles. Quand j'en vèyo yena, j'apèlo mon frére por qu'il s'en èquipe. J'ai peur des araignées. Quand j'en vois une, j'appelle mon frère pour qu'il s'en occupe.
È ch'è venyan, chu lou lyan de la routa, y ave n'évelye que butinive. "Oh", il l'avé byin avejô, i dit: "sètye, é yenà de le minne!" [Rom.5]
En s'en vegnent, sur lo fllanc de la rota, y avêt n'avelye que butinéve. "Oh", il l'avêt bien avisâ, il dit: "cen-que, o yena de les mines!" En revenant (de Louhans), sur le bord de la route, il y avait une abeille qui butinait. Après l'avoir bien regardée, il dit: "oh, ça, c'est une des miennes!"
Y ave na vashe que l'évintri! Zh'é intindu parlé de sinte, mouâ, vé mé grin. Y a de le vashe que reculévin, mé y in ave yuna, tou lé co que lou lo pochève devin, a li fonchive dessu. - É la vashe que l'a... - l'a évintrô... - Ouè! [Cdl1]
Y avêt na vache que l'èventrét! J'é entendu parlér de cen-que, mè, vèrs més grants. Y avêt de les vaches que reculévant, mas y en avêt yena, tôs lés côps que lo lop passéve devant, el lui fonciéve dessus. - O la vache que l'at... - l'at èventrâ... - Ouè! Il y a une vache qui l'éventra! J'en ai entendu parler chez mes grands-parents. Certaines vaches reculaient, mais il y en a une qui fonçait sur le loup chaque fois qu'il passait devant. C'est cette vache qui l'a... - l'a éventré... - Oui!
Y in a yon, donbin yene, que fa on tècste. É fô trouvô de tècste que chon on ptë peu dreulou. On fa lou tou de la trôbla pe lou lire. Shôquyon li pi on requemèche. [Vir.3]
Y en at yon, donc ben yena, que fât un tèxto. O fôt trovar de tèxtos que sont un petit pou drôlos. On fât lo tôrn de la trâbla por lo lire. Châcun lit pués on recomence. (Pour le groupe de patoisants) Il y a en a un, ou une, qui compose un texte. Il faut trouver des textes qui sont un peu drôles. On fait un tour de table pour le lire. Chacun lit (un bout du texte) et on recommence.
fribourgeois
youna
oúnna
exemple
Ma ly-a-h‘ë oúnna ou dutrè chouårte dè dahhú? [All.1]
Mas l’y at-to una ou doux-três sôrtes de dahut ? Mais y a-t-il une ou plusieurs sortes de dahu?
union
n.
ORB
union
bressan
unyon
exemple
Èn atèdè chla date, shôque payi européin devra optô pe yon dé catrou fuzô orézhou que y a actuèlemè dè l'Unyon européène. [St.Ét.1]
En atendent cela data, châque payis eropèen devrat optar por yon des quatro fuséls horèros que y at actuèlament dens l'Union eropèena. En attendant cette date, chaque pays européen devra opter pour l'un des quatre fuseaux horaires qui existent actuellement dans l'Union européenne.
unique
adj.
ORB
unico (-a)
solèt (-a)
bressan
unicou (-a)
unique
choule
exemple
Lou mondou i venyon de louin, in. Du Jura, de la Sône-é-Louâre, mémou du Reunou. Pe fassilitè la sirculassyon, il fon an sans unique. [Col.3]
Lo mondo ils vegnont de luen, hen. Du Jura, de la Sona-et-Luêre, mémo du Rôno. Por facilitér la circulacion, ils font en sens unico. (Pour voir les jonquilles du Plateau de Vergongeat) Les gens viennent de loin, hein. Du Jura, de la Saône-et-Loire, même du Rhône. Pour faciliter la circulation, ils mettent en place un sens unique.
Vouz ète gachon choulë? - Zh'é on frézhe... - frôzhe... - frôzhe... - D'aqueu. I tyë? - Non, i t èn Angletère. [Vir.3/1, Conf.3]
Vos éte garçon solèt? - J'é un frére... - frâre... - frâre... - D'acôrd. Il qué? - Non, il est en Angletèrra. Vous êtes fils unique? - (Non) J'ai un frère (prononciation de Confrançon ou de Viriat)... - D'accord. Il habite ici? - Non, il est en Angleterre.
fribourgeois
uniko
uniquement
adv.
ORB
unicament
ren que
pir
lament
bressan
uniquemin
uniquemè
rè que
lamè
exemple
Lé shevô, y ére uniquemin on co, in. Na fore on cô par è. [Dom.1/Rom.1]
Les chevâls, y ére unicament un côp, hen. Na fêre on côp per an. Les chevaux, c'était uniquement une fois. Une foire une fois par an (à Saint-Amour).
Dé cho repô-tyë, on mèzhôve de choupa qu'éve féte avèc le queutelete. Pi y avë de reuti, lou sevi, uniquemè de cayon. [Conf.2]
Dens celo repâs-qué, on mengiâve de sopa qu'ére féta avouéc le cotelètes. Pués y avêt de ruti, lo cevèt, unicament de cayon. Dans de ce repas (après qu'on avait tué le cochon), on mangeait de la soupe faite avec les côtelettes. Et il y avait du rôti, le civier, uniquement du cochon.
Che qu'é y a de byin, on loche l'ôtô. On ét u bor de la mèr. É pi on le reprè rè que can-teu qu'on ch'è va. [Rom.1]
Ce qu'o y at de bien, on lèsse l'ôtô. On est u bôrd de la mèr. Et pués on la reprend ren-que quand-to qu'on s'en vat. Ce qu'il y a de bien (avec notre lieu de vacances, c'est qu')on laisse la voiture (dans en parking). On est au bord de la mer et on reprend la voiture uniquement en repartant.
Devè la muzica, on a côjô de l'èpourtèche de la luna pe chenô. - Lé payijan fazon byè atèssyon a la luna, pô lamè pe chenô, mé on peu pe tou. [St.Ét.2/1]
Devant la musica, on at côsâ de l'importance de la luna por senar. Lés payisans fasont bien atencion a la luna, pas lament por senar, mas un pou por tot. Avant (d'écouter de) la musique, nous avons parlé de l'importante de la lune (montante) pour semer. - Les paysans faisaient très attention aux cycles de la lune, et pas uniquement pour semer, mais pour toutes sortes d'activités.
fribourgeois
unikamin
rientyè
rèn tyè
pi
exemple
Mè moujo ke l’i dèvejon rintyè in patê intrè là. [Trey.1]
Mè muso que ils devesont rin qu'en patês entre lor. Je pense qu’ils parlent uniquement en patois entre eux.
Po èprovå dè mi chèrnå d’aprí tyè tirâvan noûtron mamiféro, no fô dèvàn to no-j-apoyí chu lè tèmonyådzo ke no pouårton rèn tyè lè fochílo dè l’èchpéche chèn kouårne. [All.1]
Por èprovar de mielx cèrnar d’aprés què terâvant noutrons mamifèros, nos fôt devant tot nos apoyér sur les tèmognâjos que nos portont ren que les fossilos de l’èspèce sen côrnes. Pour essayer de mieux cerner de qui tenaient (d'après qui tiraient) nos mammifères (les dahus), il nous faut tout d'abord nous appuyer sur les témoignages qu'on peut obtenir uniquement grâce aux fossiles de l'espèce (de dahu) sans cornes (que seuls les... nous apportent.)
Vindrè pi chta né. [All.1]
Vendrat pir ceta nuet. Il viendra uniquement cette nuit.
université
n.
ORB
univèrsitât
bressan
univèrsitô
univèrsité
exemple
On a on profèsseur de l'univèrsitô de Lyon qu'e venyu nouj adyë, surtou pe que de touta la réjyon du frècoprôvansal, on écrije tui de la méma fachon. [St.Ét.1]
On at un profèssor de l'univèrsitât de Liyon qu'est vegnu nos édiér, surtot por que dens tota la règion du francoprovençal, on ècrise tui de la méma façon. On a un professeur de l'université de Lyon (J.B. Martin) qui est venu nous aider (à Saint-Étienne-du-Bois), surtout pour que dans toute la région du francoprovençal, on écrive tous de la même façon.
fribourgeois
univèrchitâ
uns (unes)
dét.
ORB
uns (unas)
bressan
on
an
exemple
Apré, bin y ére écô dan le bateuze, donc lé vojin alévè léj on vé léj ôtrou per ch'ôdyi. [Rom.1]
Après, ben y ére ècos dens les batoses, donc lés vesins alévênt lés uns vèrs lés ôtros por s'édiér. Après on battait le blé dans les batteuses, donc les voisins allaient les uns chez les autres pour s'aider.
Devan, on mèzive touzou èchan. Pi apré bin on a jamè remèzyâ échan, chécan léj an vé léj ôtrou... [Rom.1]
Devant, on mengiéve tojorn ensems. Pués aprés ben on at jamés remengiê ensems, chacun lés uns vèrs lés ôtros... Avant (la pandémie de COVID 19), on mangeait toujours ensemble. Après, on n'a plus jamais remangé ensemble; les uns comme les autres, chacun restait chez soi...
urgent (-e)
adj.
ORB
prèssent (-a)
urgent (-a)
bressan
préssè
urjan
exemple
Zh'ava bin loji d'éte guéri... Mé y an a venyâ, mon vyeu!, ché pô conban, mo, pi y an arevive dé ptéte pyu urjan que mo. [Rom.5]
J'ava ben louèsir d'étre gouari. Mas y en at vegnêt, mon viely!, sé pas comben, mè, pués y en arrevéve des pôt-étre ples urgents que mè. (Pendant le temps passé à l'hôpital où j'avais peu d'examens) J'ai eu assez de temps pour guérir... Mais, mon vieux!, il est arrivé je ne sais pas combien (de patients), dont certains étaient peut-être dans une situation plus urgente ("des plus urgents").
fribourgeois
prèchin
urine
n.
ORB
pisse
urena
bressan
izhena
fribourgeois
inpin
peche
pipi
urina
uriner
v.
ORB
pissiér
urenar
bressan
izhenô
pechë
fribourgeois
urinâ
inpantyi l'ivouè
pichi
urne
n.
ORB
urna
bressan
urna
fribourgeois
urna
usage
n.
ORB
usâjo
bressan
ujazhou
uzaje
exemple
É ne demourôve ple que lé filyou, que servivon a byè d'uzaje, quemè éprèdre lou fouâ. [St.Ét.1]
O ne demorâve ples que lés filyos, que sèrvévont a bien d'usâjos, coment emprendre lo fuè. Il ne restait plus que les tiges (de chanvre teillé), qui servaient à divers usages, comme allumer le feu.
fribourgeois
prateka
ujâdzo
usé (-e)
adj.
ORB
uso (-a)
bressan
ujou (-a)
exemple
Ére tou ujou, la shemije. [Cras2]
Ére tot uso, la chemise. C'était (elle était) tout(e) usé(e), la chemise!
fribourgeois
frelindji
limâ
menâ
mijâ
mijo
oujâ
rikiki
user
v.
ORB
usar
bressan
ujô
uzô
ujé
exemple
On fazë troua quilomètre a pyë. On uzive de chabou, in! [Mant.1]
On fasêt três kilomètres a pied. On usiêve de sabôts, hen! On faisait trois kilomètres à pied. On usait des sabots, hein!
Apré, can-teu que, byin sur, ij ujivê, bin y ave mouin de beu, dé co, bin é petyive lé pi can-teu qu'on rebetive dé yu… [Rom.1]
Après, quand-to que, bien sûr, ils usiêvênt, ben y avêt muens de bouesc, des côps o pequéve lés pieds quand-to qu'on rebetéve des cllous… Bien sûr, après, quand ils (les sabots) s'usaient, leur bois devenait moins épais, et parfois, quand on rajoutait des clous (pour les faire durer plus longtemps), ça piquait les pieds...
fribourgeois
afudrâ
oujâ
valaisan
frosta
exemple
T'a djya byin frosta é bóté, cóminson a aryondi hou couën vife.
T'as ja bien frustar les botes, començont a ariondir celos couens vifs. [Tu as déjà bien usé les souliers, les coins vifs (des talons et des semelles) commencent à s'arrondir.]
usine
n.
ORB
usina
fabreca
bressan
uzine
uzine [pl.]
exemple
Mo zhe cro que si i se féyè n'uzine, que y ocupe du mondou, mé fô vèdre. - Fô vèdre, ouè. [Rom.5/1]
Mè je crê que se o se fesiêt n'usina, que y ocupe du mondo, mas fôt vendre. - Fôt vendre, ouè. Je crois que si on construisait une usine (à Romenay) et que ça occupait du monde (ça pourrait être une bonne idée), mais il faut vendre (pour rentrer dans ses frais et ça n'est pas facile). - Il faut vendre, oui.
On euje a pinne chonjë a che qu'é va deveni apré. - Éy e sur qu'avouâ toute chlez uzine pi tou che que ch't aretô, é va pô étre éjâ de redémazhô. [St.Ét.2/1]
On ôse a pêna songiér a ce qu'o vat devenir aprés. - Oy est sûr qu'avouéc totes celes usines pués tot ce que s'est arrètâ, o vat pas étre ésiê de remèmarrar. (Pendant cette crise du coronavirus) On ose à pense songer à ce qui va se passer. - C'est sûr qu'avec toutes ces usines et tout les autres activités à l'arrêt, ça ne va pas être facile de redémarrer.
fribourgeois
fabreka
ujina
usure
v.
ORB
usura
bressan
ujezha
fribourgeois
oujire
Page 1 de 2Page suivante