Département de littératures et de langues du monde
Dictionnaire Français/Francoprovençal
Français
I
Page 1 de 10Page suivante
ici
adv.
ORB
iqué
inqué
qué
ce
iqué-fllanc
cé-outre
icé
bressan
itye
ityë
tyë
ityë-yan
icéte
tyeu
ityeu
exemple
Men oumou, on zou, on a re, pasque ma, li parlive dé moué. É bin li m'a dë qu'y éret on monsé. Vé jo, ityë, i dyon on monsé. [Rom.1]
Mon homo, un jorn, on at rét, perce-que mè, li parléva dés mouél. Et ben lui, m'at dét qu'y érêt on monsél. Vèrs lor, iqué, ils diont un monsél. Mon mari (et moi), un jour, on a ri, parce que moi, je lui parlais des "moué" (tas). Eh bien il m'a dit que c'était un "monsé". Chez eux, ici (à Domsure), ils disent un "monsé".
Zh'a on peu perdu lou patouâ, pasquë tyë a Mourvé, nyon lou coje, alor... [Mant.1]
J'é un pou perdu lo patouès, perce-que qué a Mont-Revél, nion lo côse, alor... J'ai un peu perdu le patois, parce qu'ici à Montrevel(-en-Bresse), personne ne le parle.
Ma feye, a demoure ityë-yan, è bô, mè léj ouvri, y èn a yan que pô byin louan, que t a on kilomète; y èn a yan que chu Sin-Trevi, y èn a n'ôtrou que chu Courmeu. [Rom.1]
Ma felye, el demore iqué-fllanc, en bâs, mas lés ovriérs, y en at yon que pas bien luen, que est a un kilomètre; y en at yon que sur Sent-Treviér, y en at n'ôtro que sur Cormoz. Ma fille habite ici à côté, en bas, mais (parmi) les ouvriers, il y en a un qui n'habite pas très loin, à un kilomètre; il y en a un qui habite sur (la commune de) Saint-Trivier, un autre sur Cormoz.
I me di: "te t'inguinnerô pô din chela chaloupri, in! Chi on t'apale, te vu étre oblijé d'alé, mé 'tramè, demure byin icéte!" [Rom.1]
Il mè dit: "te t'enguènerâs pas dens cela saloperie, hen! Se on t'apèle, te vôs étre oblegiê d'alar, mas 'trament, demore bien icé!" Il (mon père, qui avait fait la guerre de 1939-45) me dit: "tu ne t'engageras pas dans cette saloperie (l'armée), hein! Si on t'appelle (sous les drapeaux), tu seras bien obligé d'y aller, mais sinon, reste bien ici!
La votere a ressor pi lou shevô. Iy avè menô on vé a Roumené. Pi lé vé che vèdive a chèt ôre, mé fè rè, il on arevô tyëu y ère bin ouet ôre. [Rom.5]
La vouètura a ressôrt pués lo chevâl. Ils avênt menâ un vél a Romenê. Pués lés véls sè vendévênt a sèpt hores, mas fét ren, ils ont arrevâ qué y ére ben huét hores. (Ils sont arrivés pour aider aux travaux de la moisson, avec...). La voiture à ressort et le cheval. Ils avaient amené un veau (au marché) à Romenay. (Normalement) Les veaux se vendaient à 7 h (du matin), mais malgré tout, quand ils sont arrivés ici, il était déjà 8 h.
Ityeu, é "Bavire". - On y a touzhou ètèdu dèche. Lou couryé il areve touzhou dèche. - On di pleu chouvin "Orzhin" pasque y a oncoure côque panô, mé "Bavire", y in a pouin. [Pir.1/Col.2]
Iqué, o "Baviére". - On y at tojorn entendu dense. Lo coriér, il areve tojorn dense. - On dit ples sovent "Orgent" perce-que y at oncor quârques panôs, mas "Baviére", y en at pouent. Ici, c'est (le lieu-dit) "Bavière". - On a toujours entendu appeler ça (ce lieu) comme ça. - (Pour donner des directions aux visiteurs) On dit plus souvent "Orgent" parce qu'il y a un certain nombre de panneaux, alors qu'il n'y a aucun panneau "Bavière".
fribourgeois
ché
ché-inke
inke
chyàtre
exemple
Alô... vouê? Vo j'îthè dza ache pri ? Ma toparê, vo fronnâdè, vo trachidè mimamin kontre ché! [All.1]
Alô... Ouè? Vos éte dejà assèz prés? Ma tot-parié, vos fronâde, vos traciéde mémament contre cé! Allô... oui? Vous êtes déjà si près ? Ma parole, hâtez-vous (vous vous hâtez), (vous) foncez même vers ici !
Tè fô atindre on bokon ke trovechicho chi l'afére. To l'è in tortson pêr inke! [All.1]
Tè fôt atendre un bocon que trovessésso cel' afére. Tot l'est en torchon per inqué. Il te faut attendre un peu que je trouve ce truc. Tout est en désordre par ici!
To le mondo di pê chyàtre ke vo-j-i di gran bré; vo j'arâ pâ la bontâ dè vinyi mè ravintâ mon kuti, ke l'é léchi kore din le krà dè lujé? [All.1]
Tot le mondo dit per cé-outre que vos éd des grants brés; vos arâd pas la bontât de vegnir me raventar mon cutél, que j'é lèssiê corre dens la crox de lesiér? Tout le monde dit par ici que vous avez le bras long; n'auriez-vous pas la bonté de récupérer mon couteau que j'ai laissé tomber dans la fosse à purin ? (d'après Tobi-di-j-élyudzo, “Mèhlyon-mèhlyèta”, p. 180)
ici même
adv.
ORB
drêt-qué
bressan
dra-tyë 
idée
n.
ORB
idê
pensâye
jieto
bressan
idé
exemple
U lyan de la charve: "-Tin, le cheur de cha quyezene! -Te chô pô, lou cayon, lé fremi on déssidô de me mèzhë lou zhou de Nouyé! -É na bun' idé de jo pâr!" [St.Ét.1/2]
U fllanc de la sèrva: "-Tins, ele sôrt de sa cusena! - Te sâs pas, lo cayon, lés fèrmiérs ont dècidâ de mè mengiér lo jorn de Noèl - O na bôna idê de lor pârt! Près de la mare (le cochon rencontre la poule): "-Tiens, elle sort de sa cuisine! -Tu ne sais, compère cochon, les fermiers ont décidé de manger le jour de Noël! - C'est une bonne idée de leur part! (dit le cochon qui pense ainsi échapper au même sort)
fribourgeois
idé
pinchâye
djîthe
exemple
Rèn tyè lè tèmonyådzo ichtoríko púyon no bayí oúnn’idé, pye ou mèn våga, dè la morfolojí dè hha bîh‘e. [All.1]
Ren que les tèmognâjos historicos pôvyon nos balyér un’ idê, ples ou muens vaga, de la morfologie de cela bétye. Seuls les témoignages historiques (que livrent les fossiles) peuvent nous donner une idée, plus ou moins vague, de la morphologie de cet animal (le dahu).
La byèta ch'îrè onko betâ in djîthe dè modâ cholèta din la dzà, kan bin le là lyi vanglâvè. [All.1]
La blèta s'ére oncor betâ en jieto de modar solèta dens la jor, quand ben le lop y vanglâve. La chevrette s'était encore mis en tête d'aller toute seule dans la forêt même si le loup y rôdait.
idiot (-e)
n.
ORB
idiot (-a)
bobet
tabouyo (-a)
dadèt
benèt
bressan
bené
meli
fribourgeois
dadè
exemple
Ma toparê, l'è dadè a dè bon chi inke, ou bin?
Mas tot-pariér, il est dadèt a de bon cél inque, ou ben? Non mais, il est vraiment idiot (naïf) celui-là, ou bien?
idolâtre
n.
ORB
idolâtro (-a)
fribourgeois
idolâtro
ignoble
adj.
bressan
inyoublou (-a)
ignorant (-e)
adj.
bressan
inyouzhè (-ta)
fribourgeois
châ-rin
inyoran
ignorer
v.
ORB
ignorar
bressan
inyouzhô
fribourgeois
inyorâ
il [1]
pr. pers. masc.
ORB
il
bressan
il
i
l'
iy
y
exemple
Chon père, il l'ômive byin pasque a douje yan, il a fé gran voulë, li. [Mant.1]
Son pére, il l'amâve bien, perce-que a doze ans, il at fét grant vâlèt, lui. Son père l'aimait bien, parce qu'à douze ans, il était devenu grand valet.
Lou premi mécanissyin arevô a èpri lou fouâ a la shôdizhe, pi i t alô bazhe lou café. [St.Ét.3]
Lo premiér mècanicien arevâ at èprês lou fuè a la chôdiére, pués il est alâ bêre lo câfè. Le premier mécanicien arrivé a éclairé le feu à la chaudière, puis il est allé boire le café.
Què l'éve byè peuprou, on lou pèdive a n'éshyela, pe le pate de deri. [Conf.2]
Quand il ére bien pôpro, on lo pendéve a n'èchiéla, per les pates de derriér. Quand il (le cochon) était bien propre, on le pendait à une échelle par les pattes de derrière.
Voure, on va on peu côjô de joume: s'iy e catelyo, éy e que "sheurshe leu pyo dè la palye". - S'i trinne pleteu que de rètrô, é t on "trinna-dyinna". [St.Ét.2/1]
Vore, on vat un pou côsar des homos: s'il est catelyox, oy est que "chèrche lés piolys dens la palye". - S'il trêne pletout de rentrar, o est un "trêna-guèna". Maintenant (pour évoquer quelques expressions colorées), on va parler un peu des hommes: s'il (un homme) est chatouilleux, on dit (c'est) qu'il "cherche les poux dans la paille". - S'il traîne (en route) au lieu de rentrer, c'est un "traîne-gaine" (traînard).
On va u beuu. Oh y èt alâ coupâ lou beuu. Y èt alâ coupâ lou beuu. [Stnx.1]
On vat u bouesc. Oh il est alâ copar lo bouesc. Il est alâ copar lo bouesc. On va au bois. Oh il est allé couper du bois, il est allé couper du bois.
fribourgeois
i
exemple
I tsantè adi bin. [Trey.1]
Il chante adés ben. Il chante encore bien.
il [2]
pr. neutre (sujet)
ORB
o
oy
ol
bressan
é
éy
él
exemple
Quemè on quemèche vé nou, é fô bin lé préveni. Ma zhe n'a pô lazi. É fô que zhe prépara lé guerni. [St.Ét.3]
Coment on comence vers nos, o fô ben lés prèvenir. Mè j'é pas lèsi, o fô que je prèpara lés greniérs. Comme on commence (à battre le blé) chez nous, il faut bien les prévenir (les voisins). (Mais) Moi je n'ai pas le temps, il faut que je prépare les greniers.
La Sè-Martin é la féta dé vôlë. Éy e lou zhour azhi qu'i payon tui lé vôlë. [Conf.2]
La Sent-Martin o la féta des vâlèts. Oy est lo jorn arriér qu'ils payont tués lés vâlèts. La Saint-Martin est la fête des valets. C'est aussi le jour qu'on paie tous les valets.
In grin coulère, il di: "Precâ t'é venu chourti chli puzin! - I pyeunôve. Él ére byin tin de lou chourtir. [Col?]
En grant colère, il dit: "Porquè t'és venu sortir celi pugin! - Il piounâve. Ol ére bien temps de lo sortir. En grande colère, il (Joseph) dit (à sa femme Marie): "-Pourquoi es-tu venir sortir ce poussin (de la boue, au risque de t'embourber)!" "-Il piaulait (répond-elle). Il était grand temps de le sortir.
il est
pr. neutre v.
ORB
to [forme contractée]
bressan
teu
exemple
"Teu catre ôre. Mouo, lou tè me deure. Zh'vu m'èn alé..." [Rom.5]
"To quatro hores. Mè, lo temps me dure. Je vuel m'en alér..." "Il est quatre heures. Moi, je m'ennuie, je vais m'en aller..." (Voilà ce que j'avais dit à l'institutirce le premier jour d'école, alors que je ne parlais pas encore français).
il y a
prép.
ORB
(o) y at
d'iqué
(o) fât
(o) y at... en dèrriér
(o) y at... d'iqué
t'âs
o fât
passâ
bressan
y a
d'ityë
y a... d'ityë
é y a
t'ave
pochô
é fa
exemple
A la chernô, y ave ancor le vépre. Mé leu vépre on été suprimô y a lontè. [Rom.4]
A la serenâ, y avêt oncor les vépres. Mas les vépres ont étâ suprimâs y at long-temps. Dans la soirée (Vers la fin de l'après-midi), il y avait encore les vêpres. Mais les vêpres ont été supprimé il y a longtemps.
Quèlquez annô d'ityë, il on refourmô lou groupe quemouin i pouyon. [Rom.4]
Quârques anâs d'iqué, ils ont reformâ lo groupe coment ils poviont. Il y a quelques années, ils ont reformé le groupe (de danses folkloriques de Romenay) comme ils pouvaient.
Oh é va pô byin malin... Mé y a pô fôta de médessin. Y a un demi-syècle de trou! Y a on demi-syècle d'ityë, y alive bin... [Rom.5]
Oh o vat pas bien malin... Mas y at pas fôta de mèdecin. Y at un demi-sièclo de trop! Y at un demi-syecle d'iqué, y aléve ben... Oh, ça va tout doucement (je ne fais pas trop le fanfaron)... Mais il n'y a pas besoin de médecin (pour savoir ce qu'il y a). Il y a un siècle de trop! Il y a un demi-siècle (de cela), ça allait bien mieux...
Lou shevenou, on è fa côzi pô mé. Pretè, é y a sèt è, y éve aouâ lou panë che qu'on faje lou mé pochô è Brâche. [St.Ét.2]
Lo cheveno, on en fât quâsi pas més. Portant, o y at cent ans, y ére avouéc lo panèt ce qu'on fasêt lo més poussar en Brêsse. On ne cultive presque plus de chanvre. Pourtant, il y a cent ans, c'est ce qu'on cultivait le plus en Bresse.
Dè lou moumè, é bin quemè a Shôchanye, t'ave de freme que vèdivon tou de mémou de poulë toute le chemonne, in. [Conf.3 d'après Cras3]
Dens lo moment, eh ben coment a Châçagne, t'avês de fèrmes que vendévont tot de mémo de polèts totes les semanes, hen. À l'époque, par exemple à Chassagne (hameau de Cras-sur-Reyssouze), il y avait des fermes qui vendaient tout de même des poulets toutes les semaines (au marché de Cras, même si elles n'étaient pas très grandes).
On m'a chouvè dë que n'éra na Russe, mo. Pochô on moumè, 'fin què n'éra zeuna, é m'énèrvive, in. N'échoyiva bin de pardre men acsan, mé n'y a jamè arevô! [Rom.5]
On m'at sovent dét que j'éra na Russa, mè. Passâ un moment, 'fin quand j'éra jouena, o m'ènèrvéve, hen. J'èsseyéva ben de pèrdre mon accent, mas j'y é jamés arrevâ! Comme je roule les 'r' d'une façon particulière) On m'a souvent pris pour une Russe. Quand j'étais jeune, il y a une époque où ça m'énervait. J'essayais de perdre mon accent, mais je n'y suis jamais parvenue.
fribourgeois
il y a... in darê
exemple
M’otyupo pâ mé dè mè tchîvrè ora, pê la mô ke l’é j’ou ouna kâcha ly a think’an in darê. L’é kupèchi a koûja d’on tsin ou d’on tsa din la koua. [All.1]
M'ocupo pas més de mes chiévres ora, per l'amôr que j'é yu una cassa il y at cinq ans en dèrriér. J'é cupèssiê a côsa d'un chen ou d'un chat dens la cort. Je ne m'occupe plus des chèvres maintenant, parce que j'ai eu un accident il y a cinq ans. Je suis tombé à la renverse à cause d'un chien ou d'un chat dans la cour.
île
n.
ORB
ila
bressan
ile
exemple
Ele va parti la chemonna que vin, a l'ile de la Réunyon. [Conf.1]
Ele vat partir la semana que vint, a l'ila de la Rèunion. Elle va partir la semaine prochaine à l'île de la Réunion.
île flottante
n.
ORB
ila fllotenta
juefs a la nege
bressan
ile flotante
jouë a la nezhe
exemple
Oh bin l'amôve byin monple fôre de déssèr, oua. Che que me rapale lou mé, bin éy e l'ile flotante. - Lé jouë a la nezhe... [St.Ét.1/2]
Oh ben el amâve bien non-ples fâre de dèssèrt, ouè. Ce que me rapèlo lo més, ben oy est l'ila flotenta... - Lés juefs a la nege... Elle (ma mère) aimait aussi beaucoup fait des desserts. Ce que je me rappelle le plus, c'est l'île flottante... - Les œufs à la neige...
illumination
n.
ORB
iluminacion
illuminer (s')
v.
ORB
iluminar (s')
bressan
iluminô (s')
exemple
Qui di cateuje zhulyë di fouâ d'artifisse, chouvè la velye. On va ètède petrouyë dè toute la quèpanye. - Pi va lou syel s'iluminô de meye coulo. [St.Ét.1/2]
Qui dit quatôrze julyèt dit fuè d'artifiço, sovent la velye. On vat entendre petrolyér dens tota la campagne. - Pués vêr lo cièl s'iluminar de mile colors. Qui dit 14 juillet dit feu d'artifice, souvent la veille. On va entendre péter dans toute la campagne. - Et voir le ciel de s'illuminer de mille couleurs.
fribourgeois
iluminâ
illusion
n.
ORB
illujon
bressan
ilujyon
fribourgeois
ilujyon
illustrer
v.
ORB
illustrar
bressan
ilustrô
ils
pr. pers.
ORB
ils
bressan
i
il
ij
l'
ily
él
y
exemple
Mémou lé boué i charvon. I charvon a fozhe le sôssisse é pi lé bedin. [Conf.2]
Mémo lés bouéls ils sèrvont. Ils sèrvont a fâre les socesses et pués lés bodins. Même les boyaux (du cochon) servent. Ils servent à faire les saucisses et les boudins.
Il an bin fé lontan la tournô, mé apré, y ave pô byin de cultivateur, alore... [Mant.1]
Ils ant ben fêt long-temps la tornâ, mas aprés, y avêt pas bien de cultivators, alor... Ils (Les conscrits de Mantenay) ont bien fait longtemps la tournée, mais après, il n'y avait plus beaucoup de cultivateurs... (donc la tradition a cessé.)
Tou ché qu'érè u fon de Roumené, ij alive a l'écula a La Ripe dé Man. [Rom. 1]
Tués céls qu'arènt u fond de Romenê, ils alévent a l'ècoula a La Ripa des Monts. Tous ceux qui habitaient au fond de Romenay (à la limite de la commune voisine) allaient à l'école à La Rippe des Monts.
Léj ôtrou, on dejë que l'éron bravou. On dejë azhi que l'éron reshou quemè Crézusse, vyo quemè Érode... [Conf.2]
Lés ôtros, on desêt que l'éront brâvos. On desêt arriér que l'éront rechos coment Crèsus, vielys coment Hèrode... Les autres (ceux à qui on ne prêtait pas de défauts), on disait qu'ils étaient beaux. On disait aussi qu'ils étaient riches comme Crésus, vieux comme Hérode...
Lin né, leu lun, y in rontu cha porta de buzhe, é ily in manzhyâ la couvä de cha vashe! Zh'è touhou antandu dere chin. Ma granta m'a touhou de chin... [St.Jn1]
La nuet, les lôps, ils ant rontu sa porta de buge, et ils ant mengiê la cova de sa vache! J'é tojorn entendu dére cen. Ma granta m'at tojorn dét cen... (Dans une ferme de Saint-Jean où vivait une femme seule) Pendant la nuit, les loups ont brisé la porte de son étable et ils ont mangé la queue de sa vache! J'ai toujours entendu dire ça. Ma grand-mère me disait toujours ça...
Él avè la meuda de pourté dé chabouâ. É l'étô i lé pourtivè nu. [Rom.4]
Ils avênt la môda de portér des sabôts. Et l'étâf ils lés portiêvent nus. Ils (Les paysans) avaient l'habitude de porter des sabots. Et l'été, ils les portaient nus (sans y glisser de chausson comme en hiver).
I n'è parlan pas. - Ij in parle, mé... - Y è parle, oué... [Col.2/Pir.1]
Ils n'en parlant pas. - Ils en parlent, mas... Ils en parlent, oué... Ils n'en parlent pas (sérieusement, d'attribuer des numéros aux maisons). - (Si,) Ils en parlent, mais (ça n'aboutit jamais)... - Ils en parlent, oui (mais rien de plus...)
fribourgeois
i
image
n.
ORB
émage
bressan
émôzhe 
fribourgeois
èmâdze
èmådze
exemple
L’è pâ na chorèprêcha ke le brèchi l’a chêrvi kemin èmâdze dè vayà po la Fêre de la Chindzena. [Trey.1]
L’est pas na surprêssa que le brecél l’at sèrvi coment émâge de valyor por la Fêre de la Singena. Il n’est guère surprenant que le bricelet ait servi de logo ("image de valeur") pour la Foire de la Singine.
Lè gran-j-ou di mënbro gôtso è dræ (ke chon chobrå l’èmådze èn meryâ lè-j-on di-j-ôtro) chon gayå difèrën èn grantyá. [All.1]
Les grants ôs des membros gôchos et drêts, que sont sobrâs l’émâge en merior les uns des ôtros, sont galyârd difèrents en grantior. (au terme de l'évolution du dahu) Les os long des membres gauches et droits, qui sont restés l’image en miroir les uns des autres, diffèrent nettement en taille.
Page 1 de 10Page suivante