Département de littératures et de langues du monde
Dictionnaire Français/Francoprovençal
Français
A
à
prép.
ORB
a
dessus
bressan
a
dèssu
exemple
I di bonzhou a tou lou mondou. [St.Cyr1]
Il dit bonjorn a tot lo mondo. Il dit bonjour à tout le monde.
Vouz éve tui mélèzhâ? - Non! Y ave le felye de "Quinet" dè la cou dèssu cha, pi lé gachon de "Lalande" de la cou dèssu matin... [St.Ét.2/1]
Vos éréd tués mèlangiês? Non! Y avêt les felyes de Quinèt dens la cort dessus sêr, pués lés garçons de Lalande dens la cort dessus matin. (Au collège Amiot de Bourg-en-Bresse, qui servait d'annexe aux lycées Quinet et Lalande) Vous étiez tous mélangés (filles et garçons)? Non! Il avait les filles de Quinet dans la cour à l'ouest, et les garçons de Lalande dans la cour à l'est.
fribourgeois
a
exemple
A chè pi, vo tràvèri rin dè cha d’ouâ, ma, kô-châ?, pou-t-ithre ouna panèrâ d’amihyâ. [Trey.1]
À ses pieds, vos troveréd ren de sacs d'or, mas, qui sât?, pôt-étre una paneriê d'amitiêt. A ses pieds (aux pieds de l'arc-en-ciel), vous ne trouverez pas de sac d’or, mais, qui sait?, peut-être une panerée d’amitié.
valaisan
a
à bientôt
interj.
ORB
a bientout
a d'assetout
u prochen côp
bressan
a dachteu
a byèteu
u proshin co
exemple
Lou tin pôche byin trou vitou. É va fala qu'on che tyete. Mé y a étô on vra plazi de che rècontrô. U proshin co! [St.Ét.1]
Lo temps passe bien trop vito. O vat falêr qu'on sè quete. Mas y at étâ un veré plèsir de sè rencontrar. U prochen côp! Le temps (de l'émission de radio) passe bien trop vite. Il va falloir se quitter. Mais c'était un véritable plaisir de se rencontrer. À bientôt!
à cause de
prép.
ORB
a côsa de
bressan
a côje de
a côja de
a couja de
exemple
A côje de vou, on va ava on bravou arbre de Nouyé. [St.Ét.2]
A côsa de vos, on vat avêr un brâvo arbro de Noèl. Grâce à vous (à cause de vous), on va avoir un bel arbre de Noël.
M'ecupou pô mé de le syevre mo voure in, pasque n'a u n'acsidan y a chonz è. N'a ravatô a côja d'on sin d'on sé dè la cou. [Rom.1]
M'ocupo pas més de les chiévres mè vore hen, perce-que j'é yu n'accident y at cinqs ans. J'é ravatâ a côsa d'un chen d'un chat dens la cort. Je ne m'occupe plus des chèvres maintenant, parce que j'ai eu un accident il y a cinq ans. Je suis tombée (à la renverse) à cause d'un chien (ou) d'un chat (qui courait) dans la cour.
Lé tra quilométre, bin falè lé reforhe, apré lou catéchisme. A Crèzhâ, l'avon betô l'équeula a neuy ozhe é demi, a couja de sètye. [Att.1]
Lés três kilomètres, ben falêt lés refâre, aprés lo catechismo. A Cranjât, l'avont betâ l'ècoula a nôf hores et demi, a cousa de cen-que. Les trois kilomètres (entre Crangeat et Attignat), il fallait les refaire (dans l'autre sens), après le (cours de) catéchisme (qui avait lieu à Attignat). À Crangeat, ils avaient mis (de début de) l'école à 9 h 30, à cause de ça.
fribourgeois
a koûja dè
a kôja dè
exemple
M’otyupo pâ mé dè mè tchîvrè ora, pê la mô ke l’é j’ou ouna kâcha ly a think’an in darê. L’é kupèchi a koûja d’on tsin ou d’on tsa din la koua. [All.1]
M'ocupo pas més de mes chiévres ora, per l'amôr que j'é yu una cassa il y at cinq ans en dèrriér. J'é cupèssiê a côsa d'un chen ou d'un chat dens la cort. Je ne m'occupe plus des chèvres maintenant, parce que j'ai eu un accident il y a cinq ans. Je suis tombé à la renverse à cause d'un chien ou d'un chat dans la cour.
à ce jour
adv.
ORB
tant qu’ora
tant qu'a ceti-hué
bressan
tinqu'à stioui
fribourgeois
tank’òra
exemple
Pâ le mindro l'ou di darîrè falandzè (chtou dè l'onlyon) n'è konyu tank'ora, chin ke no gràvè dè chavê che “Darrutus” l'avê di j'arpyon ou di botè. [All.1]
Pas le muendro l-ôs des dèrriéres falanjes (cetas-ce de l’ongllon) n’est cognu tant qu’ora, cen que nos grâve de savêr se Darrutus l’avêt des arpions ou des botes. Pas le moindre os des dernières phalanges (celles de l'onglon) n’est connu à ce jour, ce qui nous empêche de savoir si "Darrutus" (l'ancêtre du dahu) possédait des griffes ou des sabots.
à côté (de)
adv. prép.
ORB
a couta (de)
coutà
a râs
d'a râs
de-coutes
u fllanc (de)
fllanc (de)
d'a coutà
en fllanc (de)
u pied
bressan
u lyon de
u lyan de
a queuta
an lyan de
u yan de
queutà
a tyeuta de
yan de
é lyan
d'a queutâ
è lyon de
d’arô
arô de
u pyâ
u pyè
exemple
É fôdra oncouzhe prépazhô lou breyo, alô shourshë d'édye a la chourcha du prô de majon pe lou rèpli, pi è lachë na banyoulô plèna è lyon. [St.Ét.3]
O fôdrat oncor prèparar lo brelyor, alar cherchiér d'égoue a la sôrsa du prât de mêson por lo remplir, pués en lèssiér na bagnolâ plêna u fllanc. Il faudra encore préparer le baquet, aller chercher de l'eau à la source du pré de maison pour le remplir, et en laisser un autre baquet plein à côté.
Avan, zh'avë oncoure fé n'élevôzhou de canar, u lyan de mé poulali. [Mant.1]
Avant, j'avê oncor fêt n'èlevâjo de canârds, u fllanc de mes polalyérs. Avant, j'avais encore fait un élevage de canards, à côté de (en plus de) mes poulaillers.
On abitive a queuta. [Mant.1]
On habitéve a couta. On habitait à côté (l'un de l'autre).
Zh'a antandu dere a mon gran, pa mon gran, zh'l'a pa counyu, mé..., que mon gran disë, an lyan de la sinna, de plasse, é byin il avon chayâ a la fôcheuze. [St.Triv.]
J'é entendu dére a mon grant, pas mon grant, je l'é pas cognu, mas..., que mon grant disêt, en fllanc de la sina, de place, èh bien ils avont seyê a la fôchosa. J'ai entendu dire à mon grand-père, pas (directement) mon grand-père (car) je ne l'ai pas connu, mais... (j'ai entendu) que mon grand-père disait qu'à côté de la sienne, de ferme, eh bien ils avaient fauché avec une faucheuse (et non pas à la faux comme dans sa ferme).
U yan de li, y ave n'ourlouzi. I réparive lé meutre, i réparive lé relouazou. Ch'y ave dé ptë travô, rechôdé nchaco... [Rom.1]
U fllanc de lui, y avêt n'horlogiér.. Il rèparéve les montres, il rèparéve les relojos. S'y avêt des petits travalys, ressoudér ne-sât-què... À côté de lui (du sabotier, à Romenay), il y avait un horloger. Il réparait les montres, les horloges. S'il y avait de petits travaux (à effectuer), quelque chose à ressouder (il le faisait aussi).
I faze de brôvou chabou. - I rèchtive u bou? - U bou, oua, queutà la mère Fléchon. [Mant.1/Conf.3]
Il fasêt de brâvos sabôts. - Il rèstiêve u bôrg? - U bôrg, ouè, coutâ la mére Flèchon. Il faisait de beaux sabots. - Il habitait au bourg? - Au bourg, oui, à côté de la mère Fléchon.
Vytâ lou moumè de l'ènô u on va velyë on peu a tyeuta du fouâ donbin du radyateur... [St.Ét.1]
Vê-què lo moment de l'anâ ù on vat velyér un pou a couta du fuè donc ben du radiator... Voilà le moment de l'année où on va veiller un peu à côté du feu ou du radiateur...
Nyan vuyë che cheté yan de jo, pasque tou lou mondou dejè qu'ij avè dé pyu... [Rom.1]
Nion volyêt sè siètar fllanc de lyor, perce-que tot lo mondo desêt qu'ils avênt des piolys... Personne ne voulait s'asseoir à côté d'eux (les enfants des gens du voyage, à l'école), parce que tout le monde disait qu'ils avaient des poux.
On froumazhou de seuva byin cheu ne faje pô lon foua. On pôchôve é lyan de la froumazhire, on prenive on froumazhou. Éy agouyôve, mé y ére bon! [Pir.1]
Un fromâjo de chiévra bien sèc ne fasêt pas long fuè. On passâve en fllanc de la fromagiére, on prenéve un fromâjo. Oy agolyâve, mas y ére bon! Un fromage de chèvre bien sec ne durait pas (longtemps). Quand on passait à côté de la cage à fromages, on en prenait un. Ça étouffait (restait un peu coincé dans la gorge), mais c'était bon!
N'annô, y èn a yan, il ave ameudyâ la tara, alor y avë dé bouton d'or pi de l'ozèye. Pi pertyë u ma de mé, il a pri idé de fére du trequi, pi y ére d'a queutâ on beu. [Rom.5]
N'anâ, y en a yon, il avêt amodeyê na tèrra, alor y avêt des botons d'or pués de l'oeselye. Pués per-qué u mês de mê, il at prês idê de fére du torqui, pués y ére d'a coutà un bouesc. Une année, un monsieur, qui avait loué (à quelqu'un) le terrain (où on trouverait plus tard des chevreuils morts), l'avait retrouvée pleine de boutons d'or et d'oseille. Vers le mois de mai, il avait donc décidé de planter du maïs; et c'était près d'un bois.
On cultive lou shevene touzhou chu la méma parchale, qu'on apale "shevenizhe". On chinne touzhou su de bune tare, côque-co è lyon d'un bi. [St.Ét.2]
On cultive lo cheveno tojorn sur la méma parcèla, qu'on apèle "cheveniére". On sène tojorn sur de bônes tèrres, quârque-côps en fllanc d'un biéd. On cultive le chanvre toujours sur la même parcelle, qu'on appelle "chenevière". On sème toujours sur de bonnes terres, parfois à côté d'un bief.
Pi on a la peusta u pyâ! [St.Cyr1]
Pués on at la pôsta u pied! Et on a la poste (de Saint-Cyr-sur-Menthon) juste à côté (de la boulangerie, sur la route de Mâcon).
Zhe pouvo pô demédô dez infirmyére. Fô s'èn équipô touta la né. Èl pouvon pô passô touta la né u pyè de ma! [St.Cyr1]
Je pôvo pas demandar des enfirmiéres. Fôt s'en èquipar tota la nuet. Els pôvont pas passar tota la nuet u pied de mè! Je ne peux pas faire appel à des infirmières. (Les soins dont j'ai besoin) Il faut s'en occuper toute la nuit. Elles (des infirmières) ne pourraient pas passer toute la nuit à côté de moi!
fribourgeois
dèkouthè
exemple
Chon travô konchichtâvè a trèpojâ lè roulô chu dou, trè, katro fê bin tsô betâ l’on dèkouthè l’ôtro. [Trey.1]
Son travaly consistâve a trèposar les roulôs sur doux, três, quatro fèrs ben chôds betâs l’un de-coutes l’ôtro. Son travail consistait à déposer les rouleaux (de pâte à bricelets) sur deux, trois, quatre fers bien chauds placés l’un à côté de l’autre.
valaisan
a côtô
a côtâ
à droite
adv.
ORB
a drête
bressan
a drate
a drote
exemple
Arevô su plache, on che lache guedô pe lé fajo de pali: a drate, a gôshe, è devè, è deri. [St.Ét.3]
Arrevâ sur place, on sè lèsse guidar per lés fassiors de paliér: a drête, a gôche, en devant, en derriér. (Une fois) arrivés sur place, on se laisser guider par les faiseurs de meules de paille: à droite, à gauche, en avant, en arrière.
Can-teu qu'i viyè veri..., can-teu qu'i verive a drote, y ave po d'inportanse, mé can-teu qu'i verive a gôsse, i bochivè la vitra é pi i terivè lou brâ. [Rom.1]
Quand-to qu'ils volyênt veriér..., quand-to qu'ils veriêvent a drête, y avêt pas d'importance, mas quand-to qu'ils veriêvent a gôche, ils bèssiêvênt la vitra et pués ils teriêvênt lo bras. Quand ils voulaient tourner..., si c'était à droite, ça n'avait pas d'importance, mais si c'était à gauche, ils baissaient la vitre et tendaient le bras.
fribourgeois
a drête
exemple
On pou obchèrvâ di formè dèchtrodyîre (“ke vîron a drête”, pê la mô ke lè pyôtè drêtè chon min grantè tyè lè gôtsè) è lêvodyîrè (“ke vîron a gôtse”) èputhe on bokenè dè formè chimètrikè. [All.1]
On pôt obsèrvar des fôrmes dèstrogires (“que veront a drâte”, per l’amôr que les piâtes drêtes sont muens grantes que les gôches) et lèvogires (“que veront a gôche”) et pués un boconèt de fôrmes simètriques. On peut observer des formes (de dahu) dextrogyres ("qui tournent à droite", du fait que les pattes droites sont moins longues que les gauches) et lévogyres ("qui tournent à gauche") ainsi que de rares formes symétriques.
à fond
adv.
ORB
a chavon
bressan
a shavon
exemple
Me débarboulôve a shavon tui lé matin. [Conf.3]
Mè dèbarbolyâve a chavon tués lés matins. Je me débarbouillais à fond tous les matins.
à gauche
adv.
ORB
a gôche
bressan
a gôshe
a gôsse
exemple
Arevô su plache, on che lache guedô pe lé fajo de pali: a drate, a gôshe, è devè, è deri. [St.Ét.3]
Arrevâ sur place, on sè lèsse guidar per lés fassiors de paliér: a drête, a gôche, en devant, en derriér. (Une fois) arrivés sur place, on se laisser guider par les faiseurs de meules de paille: à droite, à gauche, en avant, en arrière.
Can-teu qu'on chortive de l'équeula, é bin é faye veri a drate, é pi lé gachon i verive a gôsse. É faye churtou pô... [Rom.1]
Quand-to qu'on sortéve de l'ècoula, èh ben falyêt veriér a drête, et pués les garçons, ils verivent a gôche. O falyê surtot pas... Quand on sortait de l'école, eh bien, il fallait tourner à droite, et les garçons tournaient à gauche. Il ne fallait surtout pas... (que nous les rencontrions).
fribourgeois
a gôtse
exemple
On pou obchèrvâ di formè dèchtrodyîre (“ke vîron a drête”, pê la mô ke lè pyôtè drêtè chon min grantè tyè lè gôtsè) è lêvodyîrè (“ke vîron a gôtse”) èputhe on bokenè dè formè chimètrikè. [All.1]
On pôt obsèrvar des fôrmes dèstrogires (“que veront a drâte”, per l’amôr que les piâtes drêtes sont muens grantes que les gôches) et lèvogires (“que veront a gôche”) et pués un boconèt de fôrmes simètriques. On peut observer des formes (de dahu) dextrogyres ("qui tournent à droite", du fait que les pattes droites sont moins longues que les gauches) et lévogyres ("qui tournent à gauche") ainsi que de rares formes symétriques.
à jeun
adj., adv.
ORB
a jon
bressan
a zhon
a jan
exemple
Per Nouyé, y ave pô gran-cheuze. Y avë la meche de minné. Apré y a etô ravèssyâ. Mé ôtrecô, y ére a minné. Falë alé a jan. [Rom.4]
Por Noèl, y avêt pas grant-chousa. Y avêt la mèsse de mi-nuet. Aprés y at étâ ravanciê. Mas ôtro-côp, y ére a mi-nuet. Falyêt alér a jon. Pour Noël, il n'y avait pas grand-chose (d'organisé). Il y avait la messe de minuit. Après (l'heure de la messe) a été avancée. Mais autrefois, c'était à minuit. Il fallait (y) aller à jeun.
fribourgeois
a dzon
exemple
Po Tsalandè, ly avi pâ tan dè hou j’aféro organijâ. Ly avê la mècha dè la mi-né. Èputhè, l’è j’oûva avanhya. Ma on yâdzo, l’îrè a la mi-né. No fayê ly alâ a dzon. [All.1]
Por Chalendes, il y avêt pas tant de celos aféros organisâs. Il y avêt la mèssa de la mi-nuet. Et pués. y at yua avanciê. Mas viâjo, il ére a la mi-nuet. Nos falyêt y alar a jon. Pour Noël, il n'y avait pas grand-chose d'organisé. Il y avait la messe de minuit. Après, elle (l'heure de la messe) a été avancée. Mais autrefois, c'était à minuit. Il fallait y aller à jeun.
valaisan
a dzoun
à l'abandon
adv.
ORB
a l'abandon
a bada
bressan
a l'abèdon
a bada
exemple
É vô myo étre quemè sètye que divocheu pi de lésse lé gamin a bada. [St.Cyr1]
O vôt mielx étre coment cen-que que divorciér pués de lèssiér lés gamins a bada. Il vaut mieux être comme ça (homosexuel) (et s'assumer) que de divorcer en laissant les enfants à l'abandon.
à l'abri de la pluie
adv.
ORB
a la souta
a souta
bressan
a la cheuta
exemple
Dépashe-te de te metre a la cheuta! [St.Cyr1]
Dèpache-tè de tè metre a la souta! Dépêche-toi de te mettre à l'abri de la pluie.
fribourgeois
a chotha
exemple
Ly-è parê po lè méjon, po ithre a chotha, on dê lou betâ on tê!
Il est pariér por les mêsons, por éthre a souta, on dêt lor betar on têt! C'est pareil pour les maisons; pour être à l'abri, on doit leur mettre un toit!
valaisan
â chóta
exemple
Our.oujamin, n'in póchou nó-je catchye â chóta déean kyé venyeche w'our.a. [Sav.1]
Herosament, n'ens possu nos cachiér a souta devant que venésse l'oura. Heureusement, nous avons pu nous mettre à l'abri avant l'arrivée de l'orage.
à l'avance
adv.
ORB
a l'avance
d'avance
d'avanço
a l'avanço
bressan
d'avèchou
d'avèche
d'avèsse
d'avèchou
d'avèssou
exemple
Pe qu'é chaye na brava féta, on va i prépazhô d'avèchou! [Conf.3]
Por qu'il seye na brâva féta, on vat y préparar d'avanço. Pour que ce soit une belle fête, on va le préparer à l'avance.
Zhe vi quezenô d'avèche sti cha. Zhe chezhë ple trèquila demon. [St.Cyr1]
Je vuel cusenar d'avance ceti sêr. Je seré ples tranquila deman. Je vais cuisiner à l'avance ce soir. Je serai plus tranquille demain.
I chouvè que lé bon vôlë, l'évon ameudyâ d'avèsse. Mé malgré tou, i che rècontrôvon a la fazhe. [Conf.2]
Il sovent que lés bons vâlèts, ils éront amodeyês d'avance. Mas mâlgrât tot, ils sè rencontrâvont a la fêre. Il arrivait souvent que les bons valets soient engagés d'avance. Mais malgré tout, ils se rencontraient (avec les patrons) à la foire (de la Saint-Martin).
É ne pô na minsa afôre de metô tou sètye è plache. É fô de monde, pi é fô che preparô lontè a l'avèchou! [St.Ét.1]
O ne pas na minça afâre de metar tot cen-que en place. O fôt de mondo, pués o fôt sè prèparar long-temps a l'avanço. Ce n'est pas une mince affaire que de mettre en place tout ça (la Fête départementale du patois à Saint-Étienne-du-Bois). Il faut beaucoup de monde et il faut se préparer longtemps à l'avance.
Zh'é étô d'avèssou. Y ave greu de mondou. Y ave byè de gamin. On ch'e trouvô justou devè l'étrô, devè quemè sèque. É pi vra devè la piste. [St.Cyr1]
J'é étâ d'avanço. Y avêt grôs de mondo. Y avêt bien de gamins. On s'est trovâ justo devant l'entrâ, devant coment cen-que. Je suis arrivée à l'avance (au spectacle de cirque). Il y avait (déjà) beaucoup de monde, beaucoup d'enfants. Nous nous sommes retrouvées (ma mère et moi) tout près de l'entrée, tout devant, et vraiment près de la piste.
fribourgeois
d’avantho
exemple
Po ke chi ‘na bala fîtha, no van chin prèparâ d’avantho. [All.1]
Pour que ce soit une belle fête, on va préparer ça à l'avance (litt. on va ça préparer à l'avance).
valaisan
d'anvansó
à l'encontre de
prép.
ORB
a l'encontro de
a l'encontre de
bressan
a l'ècontre de
fribourgeois
a l'inkontro dè
valaisan
a w'ëncontró dé
a w'ëncontre dé
à l'envers
adv.
ORB
a l'envèrs
a rebort
a revèrson
bressan
a l'èvâ
fribourgeois
a rèvèrston
valaisan
a w'ënvêe
à l'époque
adv.
ORB
dens lo moment
de cél temps
qué
un viâjo
dens celi temps-qué
bressan
dè lou moumé
dan lou momè
tya
din lou moumè
dè chli tin-tyë
dè lou moumè
exemple
Ah bin dè lou moumé, de quezhô, y èn ave pertou, iu. Mé vouzhe, y èn a pô mé, alor i fon pluzyeur quemene. [Att.1]
Ah ben dens lo moment, de curâs, y en avêt pertot, hin. Mas vore, y en at pas més, alor ils font plusiors comunes. À l'époque, il y avait des curés partout. Mais maintenant, il n'y en a plus, alors ils desservent plusieurs communes.
La vyanda de boucheri, tré tré peu. Y ère touzhou du coyon, du lâ chalô. Voure on chale po mé, mé dan lou momè, on s'ocupive pô de sètye, in. [Rom.4]
La vianda de boucherie, trés trés pou. Y ére tojorn du cayon, du lârd salâ. Vore on sale pas més, mas dens lo moment, on s'ocupiêve pas de cen-que. La viande de boucherie, (on en mangeait) très très peu. (Ce qu'on mangeait), c'était toujours du lard salé. Maintenant, on ne sale plus autant (les aliments, pour des raisons de santé), mais à l'époque, on ne s'occupait pas de ça.
Vou crote pô qu'y ére on bessan devan, chètye, devant chinquante-nu? Pasque ma, n'éray a l'écule a Roumené, tya... [Rom.1]
Vos crêde pas qu'y ére un bessan devant, cen-que, devant cinquanta-nôf? Perce-que mè n'éra a l'ècoula a Romenê, qué... Vous ne croyez pas que c'était un peu avant, ça, avant 1959 (que votre mère était institutrice à Romenay)? Parce que moi, j'étais à l'école à Romenay, à l'époque.
Oh bin on a touzhou côjô patouâ apré l'écula, pi..., on côje touzhou patouâ. Lé feme côjan toute fransé, mé din lou moumè, non, a côjivè bin patouâ. [Rom.5]
Oh ben on at tojorn côsâ patouès aprés l'ècoula, pués..., on côse tojorn patouès. Les fèmes côsant totes francês, ma dens lo moment, non, els cosévênt ben patouès. On a bien toujours parlé patois (une fois revenus à la maison) après l'école, et..., on parle encore patois (dans le hameau). (Maintenant) Les femmes parlent toutes français, mais à l'époque, non, elles parlaient bien patois.
Dè chli tin-tyë, la nouvala ènô quemèchôve aouâ lou solstisse du renouvé. [St.Ét.3]
Dens celi temps-qué, la novèla anâ començâve avouéc lo solstiço du renovél. À l'époque (dans l'Antiquité), la nouvelle année commençait en même temps que le solstice de printemps.
Dè lou moumè, é bin quemè a Shôchanye, t'ave de freme que vèdivon tou de mémou de poulë toute le chemonne, in. [d'après Cras3]
Dens lo moment, eh ben coment a Châçagne, t'avês de fèrmes que vendévont tot de mémo de polèts totes les semanes, hen. À l'époque, par exemple à Chassagne, il y avait des fermes qui vendaient tout de même des poulets toutes les semaines (au marché de Cras, même si elles n'étaient pas très grandes).
fribourgeois
on yâdzo
dè chi tin
exemple
La tsê dè la boutsèri, fro delé pou. Chin îrè adi dou kayon, dou bakon chalâ. Ora chàlon pâ mé, ma on yâdzo, ch’otyupâvan pâ tan dè to chin. [All.1]
La chèrn de la boucherie, fôr delé pou. Cen ére adés du cayon, du bacon salâ. Ora salont pas més, mas un viajô, s'ocupâvant pas tant de tot cen. La viande de boucherie, (on en mangeait) très très peu. (Ce qu'on mangeait), c'était toujours du lard salé. Maintenant, on ne sale plus autant (les aliments, pour des raisons de santé), mais à l'époque, on ne s'occupait pas de ça.
Vo krédè pâ ke chin îrè on tro dèvan, chin, dèvan mile nou thin thinkant’ è nà ? Po chin ke mè, îro adon a l’èkoûla pê Roumené, dè chi tin. [All.1]
Vos crèdéd pas que cen ére un trop devant, cen, devant cinquante-et-nôf? Por cen que mè, éro adonc a l'ècoula de cél temps. Vous ne croyez pas que c'était un peu avant, ça, avant 1959 (qu'elle était institutrice à Romenay)? Parce que moi, j'étais à l'école à Romenay, à l'époque.
à la dérive
adv.
ORB
a bada
bressan
a bada
exemple
É vô myo étre quemè sètye que divocheu pi de lésse lé gamin a bada. [St.Cyr1]
O vôt mielx étre coment cen-que que divorciér pués de lèssiér lés gamins a bada. Il vaut mieux être comme ça (homosexuel) (et s'assumer) que de divorcer en laissant les enfants à la dérive.
à la longue
adv.
ORB
u luen alar
avouéc lo temps
bressan
avoui lou té
fribourgeois
ou lyin alâ
exemple
Ou lyin alâ, chi "DicoFranPro" vou vinyi on chitse dè rèthèta! [All.1]
U luen alar, cél "DicoFranPro" vat venir un sito de recèta! A la longue, ce "DicoFranPro" va devenir un site tout à fait satisfaisant!
à la mode
adj.
ORB
a la môda
môdâ
de môda
le môda
bressan
à la meuda
meudô
fribourgeois
dè mouda
valaisan
i móda
à la renverse
adv.
ORB
a ranversa
a riére-vêrsa
valaisan
a ranvêrcha
a ridèêcha
à mesure (que)
adv. conj.
ORB
a mesera (que)
bressan
a mezezha
a mezere
exemple
On è fa ple dyére voure, pi on lé garde pô mé pe chli zhou-tyë. On brule a mezere qu'on fa lou beu. [St.Ét.2]
On en fât ples guouéro vore, pués on lés gouârde pas més por celi jorn-qué. On broule a mesura qu'on fât lo fuè. On n'en utilise plus guère (des brandons), et (lorsqu'on pourrait avoir facilement des morceaux de bois qui se consument), on ne les garde plus pour ce jour particulier ("les Brandons"). On brûle tout à mesure qu'on coupe le bois.
fribourgeois
a méjera
exemple
Cherê mi dé fére chi l'ouvrâdzo a méjera [All.1]
Serêt mielx de fére cél ovrâjo a mesera. Ce serait mieux de faire ce travail au fur et à mesure