Département de littératures et de langues du monde
Dictionnaire Français/Francoprovençal
Français
A
aussitôt
adv.
ORB
setout
asse-tout
veré rêdo
d'abôrd
bressan
chteu
achteu
vra radou
d'abeur
exemple
Chteu qu'on pouzha, on i fezha! [St.-Cyr 1]
Aussitôt qu'on pourra, on le fera.
Achteu assui, lé mécanissyin on èlevô le cale avoua lou cri. [St.-Ét. 3]
Asse-tout assui, lés mècaniciens ont enlevâ les câles avouéc lo cric. Aussitôt après avoir fini, les mécaniciens ont enlevé les cales (de la machine à battre) avec le cric.
Éy a fé na greucha radô, pi lou chlo l'a revenu vra radou. [St.-Cyr 1]
Il y a eu une grosse averse et le soleil est revenu aussitôt.
fribourgeois
abouâ (d')
achtou
chan (chu le)
pethou
tsô (tô)
exemple
L’an adon achtou trovâ kôkon d’ôtro po rinpyathi Tônon. [Trey.1]
L’ant adonc asse-tout trovâ quârqu’un d’ôtro por remplaciér Tônon. On a donc vite trouvé quelqu’un pour remplacer Toni.
autant (que)
adv., conj.
ORB
atant (que)
tant (que)
bressan
tan (que)
autan (que)
atè (que)
exemple
- Na mouazon qu'é ne fa po bon vivre, d'apré ma... - Boulô, boulô. - Fô travayi tan qu'on peu. - Minzhë le béte. - L'èsclavajou. - L'èsclavazhou... [St.Tri.]
- Na mêson qu'o fat pas bon vivre, d'aprés mè... - Bôlôt, bôlôt! - Fôt travalyér tant qu'on pôt. - Mengiér les bétyes. - L'èscllavâjo. - L'èscllavâjo. (Comment définiriez-vous une "maison rouge"?) - Une maison où il ne fait pas bon vivre, d'après moi... - Boulot, boulot. - Il faut travailler autant qu'on peut. - "Manger les bêtes" (vivre dans la misère). - L'esclavage - L'esclavage.
fribourgeois
atan (ke)
atin (ke)
exemple
Atan ke pochubyo, i dèvechê kudji pâ chè bourlâ lè dê, in totsin le tsô dou fê. [Trey.1]
Atant que possiblo, il devessêt coudiér pas sè bourlar les dêgts, en tochient le chôd du fèr. Autant que possible, (en faisant ds bricelets) il devait éviter de se brûler les doigts au contact de l’extrême chaleur du fer.
valaisan
atan
exemple
Chin va atąn kyè ché fótré ou Roun-nó. [Sav.1]
Cen vat atant que sè fotre u Rôno. Cela sert autant que d'aller se jeter dans le Rhône (n'a aucune utilité).
auteur
n.
ORB
ôtor
bressan
ôteu
fribourgeois
ôteu
óteú
exemple
Kòtye-j-óteú klàchon le dahhú dèn le chou-j-ouådre di "Caniformia", chën ke vou a dre ke le raproûtsan dè la moh'äëla byàntse è dou tachòn. [All.1]
Quârques ôtors cllâssont le dahut dens le sot-s-ôrdre des "Caniformia", cen que vôt a dére que le raprochant de la motêla blanche et du tasson. Quelques auteurs classent le dahu dans le sous-ordre des "Caniformiae", ce qui veut dire qu'ils le rapprochent de l’hermine (belette blanche) et du blaireau.
auto
n.
ORB
ôtô
bressan
ôtô
vetezha
exemple
On avë pouin d'ôtô nou, dan lou mouman. [Mant.1]
On n'avêt pouent d'ôtô, dens le moment. On n'avait pas d'auto, nous, à ce moment-là.
L'ashete na vetezha neuva per-tyë tui lé diz on. [St.Cyr1]
Il/El achète na vouètura nôva per-qué tués lés diéx ans. Il/Elle achète une voiture neuve à peu près tous les dix ans.
fribourgeois
oto
exemple
Irè trantyilo, ou volan dè che n’oto.
Ére tranquilo u volant de son ôtô. Il était tranquille au volant de son auto.
valaisan
ótó
exemple
Déean chin dou comoun iré tó boudzó dé j-ótó.
Dèvant cen du comen, ére tot boujo des ôtos. Sur la place devant la maison communale ça fourmillait d'autos.
auto-scooter
n.
ORB
ôtô-scotére
ôtô-scotor
bressan
ôtô-scotère
exemple
Y a greu u d'amélyorassyon. Le premire vougue qu'on avë, nou, y ére surtou lé pousse-pousse. É voure é léz ôtô-scotère que marshon lou myo. [Mant.1]
Y at grôs yu d'amèlyoracions. Les premiéres vôgues qu'on avêt, nos, y ére surtot lés pousse-pousse. Et vore est lés ôtôs-scotère que marchont lo mielx. Il y a eu beaucoup d'améliorations (dans les manèges). Les premières vogues qu'on avait, c'était surtout les pousse-pousse. Et maintenant, c'est les auto-scooters qui marchent le mieux.
automne
n.
ORB
ôton
ôtone
fin d'anâ
bressan
fin d'ènô
exemple
La fin d'ènô, on chene lou blô: on quemèsse a labouzhô, a batre, pi on chene lou blô, é pi rabatre apré. [Conf.2]
La fin d'anâ, on sene lo blât: on comence a laborar, a batre, pués on sene lo blât, et pués rabatre après. À l'automne, on sème le blé: on commence à labourer, à battre (la terre), puis on sème le blé, et (on doit) rabattre (la terre) après.
fribourgeois
outon
exemple
È l’outon, lè j’armayi portâvan bâ, kemin i dejan adon, lè kondiihyon: du fre è dou buro. Prà dè buro!
En l'ôton, les armalyérs portâvant bâs, coment ils desant adonc, les condicions: du fruit et du burro, prod de burro! En automne les armaillis, quand ils descendaient des montages, apportaient les "conditions", comme on disait alors: du fromage et du beurre. Beaucoup de beurre!
valaisan
outon
exemple
W'outon l'é wéi!
L'ôton l'est lé! L'automne est là!
autoriser
ORB
 ôtorisar
bressan
ôtôtizô
fribourgeois
otorijâ
exemple
Lè prithre otorijâvan tot-ou-pye lè brèchi chalâ, chin ke mankâvè pâ dè fére a-rire lè dzin delé de la Charna è delé de la Chindzena. [Trey.1]
Les préthres ôtorisavant tot-u-ples les brecéls salâs, cen que mancâve pas de fére a rire les gens delé de la Sarena et delé de la Singena. Les prêtres autorisaient tout au plus les bricelets salés, ce qui ne manquait pas d’amuser les gens d’outre-Sarine et d’outre-Singine (où les bricelets étaient sucrés).
autorité
ORB
ôtôritât
bressan
ôtôritô
fribourgeois
otoritâ
exemple
Kanbin di yâdzo on chè pyin dè nouthrè j’otoritâ, no dêvethrin ithre bin kontin dè nouthron chouâ
Quand ben des viâjos, on sè plent de noutres ôtôritâts, nos devrians étre content de noutron sôrt. Quand bien (même) parfois, nous nous plaignons de nos autorités, nous devrions être bien contents de notre sort.
autour
adv., prép
ORB
u tôrn
alentôrn
entôrn (a l')
lentôrn
bressan
alatou
latou
latour
d'enveron
exemple
Tout alatou, me barire, mon mur, i m'a fé na pinture nouvala. [Mant.1]
Tout autour (mes barrières, mon mur), il a mis une nouvelle peinture.
La dimèshe, le betôve tui chéj eur latou du co. [Conf.3]
La demenge, el betâve tués ses ors lentôrn du côl. Le dimanche, elle mettait tous des bijoux (en or) autour du cou.
I chôton lou rigueudon. É na brava binda latour du lyôti. [Pol.1]
Ils sôtont lou rigôdon. Est na brâva banda lentôrn du cllâtiér. Ils dansent (sautent) le rigodon. C'est une belle bande, autour du clarinettiste.
fribourgeois
intoua (a l')
outoua
daveron
dèveron
exemple
Ora, kan on vê kemin la vela dè Bulo è lè velâdzo outouâ l’an agrochi, on pou chè dre ke lè dzouno rètràvon dou travô in Grevîre.
Ora, quand on vêt coment la vela de Bulo et les velâjos u tôrn l'ant agrossi, on pôt sè dere que les jouenos retrôvont du travaly en Gruviére. Maintenant, quand on voit comment la ville de Bulle et les villages alentours ont pris de l’ampleur, on peut se dire que les jeunes retrouvent du travail en Gruyère.
autre
adj.
ORB
ôtro (-a)
bressan
ôtrou [m.]
ôtre [f. pl.]
ôtra [f.]
exemple
Zh'an a oncoure n'ôtrou, que zhe vayou prèsque jamé, qu'abite louin ari. [Mant.1]
J'en ai encore un autre (de petit-fils), que je ne vois presque jamais, qui habite loin lui aussi.
Y avë dé mouajon qu'on ére byin ressu, pi d'ôtre, pasque on teurnive la fissala chur tou, i conpri a trôbla: conta po qu'zh'va alé la, pasqu'éy e na mouajon rouzhe. [St.Tri.]
Y avêt des mêsons qu'on ére bien reçu, pués d'ôtres, perce qu'on tornéve la ficèla sur tot, y comprês a trâbla: compta pas qu'j'vâ alér lé, perce qu'oy est na mêson roje. (Concernant les conditions de travail) Il y avait des maisons (fermes) où on était bien reçu, et d'autres, parce qu'on "tournait la ficelle" (?) sur tout, y compris à table (pour lesquelles on disait): ne compte pas que j'aille là-bas, parce que c'est une "maison rouge" (où les conditions sont dures).
Le fèrme quemouin qu'te di, qu'érè "mojon rouzhe", y èn ave tré peu. - Vé nou y avë de plasse, lou patron, cha fena pi lé gamin manzhivon a na trôbla, pi lé vôlë a l'ôtra. - Pô a Roumené... [Rom.2/St.Tri.]
Les fèrmes coment que te dis, qu'érênt "mêsons roges", y en avêt trés pou. - Vèrs nos y avêt de places, lo patron, sa fèna pués lés gamins mengiévont a na trâbla, pués les vâlèts a l'ôtra. - Pas a Romenê... Les fermes comme celles dont tu parles, qui étaient "maisons rouges" (avec de mauvaises conditions de travail), il y en avait très peu. - Chez nous il y avait des fermes (où) le patron, sa femme et les gamins mangeaient à une table et les valets à l'autre. - Pas à Romenay...
fribourgeois
ôtro [m.]
ôtra [f.]
exemple
Chon travô konchichtâvè a trèpojâ lè roulô chu dou, trè, katro fê bin tsô betâ l’on dèkouthè l’ôtro. [Trey.1]
Son travaly consistâve a trèposar les roulôs sur doux, três, quatro fèrs ben chôds betâs l’un de couthes l’ôtro. Son travail consistait à déposer les rouleaux (de pâte à bricelets) sur deux, trois, quatre fers bien chauds placés l’un à côté de l’autre.
On’ôtra tyêchon l’a travêchi l’èchpri a Tônon. [Trey.1]
Un’ôtra quèssion l’at travèrsiê l’èsprit a Tôno. Une autre question a traversé l'esprit de Tônon.
valaisan
âtro [m.]
exemple
Tόtin apréi tapa chou ό deoun! Fόou aréta! Cόmin che é j'âtrό dzò chechon fran i camëntran dé Rio! [Sav.1]
Tot lo temps aprés tapar sur lo delun! Fôt arrètar! Coment se les ôtros jorns seyéssant franc le careme-entrant de Rio! Toujours en train de taper sur le lundi! Il faut arrêter! Comme si les autres jours étaient comme le carnaval de Rio!
autrefois
adv.
ORB
ôtro coup
dens le temps
bressan
adon
dè lou tin
dè lou té
exemple
Mé é ne fô pô ébleyë que lou Revermon èn a étô couar dè lou tin. [St.Ét.2]
Mas o ne fôt pas èbleyér que lo Revèrmont en at étâ cuvèrt dens lo temps. Mais il ne faut pas oublier que le Revermont en a été couvert (de vigne) autrefois.
fribourgeois
antan
din le tin
on yâdzo
ôtrafê
outan
yâdzo (on)
autrement
adv.
ORB
ôtrament
'trament
bressan
ôtramè
ôtreman
ôtremin
tramè
ôtraman
exemple
Va froumô la barizhe, ôtramé lou shin va ch'ècouzhi. [St.Cyr1]
Va fremar la barriére, otrament lo chen vat s'encorir. Va fermer la barrière, sinon le chien va se sauver.
Y an demeure ple qu'yon, pi i byin maladou, ôtreman, é demeure de felye. [Man.1]
Y en demore ples qu'yon, pués il bien malado, ôtrament, o demore de felyes. Il n'en reste plus qu'un (parmi mes frères) et il est très malade. Sinon, il reste des filles (parmi mes sœurs).
Davi dé vazin que parlion patouâ bin on parle patouâ, mé ôtremin... Pi davi té gran vou côjié pô lou patouâ non? Non, pi a l'équeula, y ére pô recomindô. É faye pô ét pri, in. [Dom.1/Rom.1]
D'avouéc des vesins que parliont patouès, ben on parlêt patouâ, mas ôtrament... Pués d'avouéc tés grants, vos côsiéd pas lo patouès, non? Non, pués a l'ècoula, y ére pas rècomendâ. O falyêt pas étre prês, hen. Avec des voisins qui parlaient patois, on parlait patois. Et avec tes grands-parents, vous ne parliez pas le patois? Non, et à l'école, ce n'était pas recommandé. Il ne fallait pas être pris.
É fô é crevi, tramè... Mé y a pô byè zhelô chte yè oncouzhe, pe lou moumè. Y a rin que zhelô u mouâ de novanb, què y a zhelô on peu, deu co mouin di. [Cras2]
O fôt o crevir, 'trament... Mas y at pas bien gelâ, ceti an, por lo moment. Y at ren que gelâ u mês de novembre, quand y at gelâ un peu, doux côps muens diéx. Il faut couvrir ça (les légumes dans le jardin), autrement... (ça risque de geler). Mais il n'a pas encore beaucoup gelé cette année, pour le moment. Il a seulement gelé au mois de novembre, quand il a gelé un peu, deux fois moins dix.
Ôtraman on trouvive pô de café. Y an a byin que greyivin de l'orzhou, mé y ère pô de café. [Mant.1]
Otrament on trvoiêve pas de câfè. Y en at bien que grelyêvant de l'ôrjo, mas y ére pas de câfè. Autrement (pendant la guerre de 1939-45), on ne trouvait pas de café. Il y en a bien qui grillaient de l'orge (pour faire de l'ersatz), mais ce n'était pas du café.
fribourgeois
ôtramin
valaisan
atramin
exemple
N'ën ina, atramin var.i ba eó.
Nens en hôt, ôtrament varé bas yo. Monte, sinon c'est moi qui descendrai.
aux
art. contr
ORB
a les
ux
ès
bressan
é (m.)
a le (f.)
exemple
Diz-i é gachon pi a le felye. I fô metre tou lou mondou u couzhè. [St.Cyr]
Dis-le aux garçons et aux filles. Il faut mettre tout le monde au courant.
fribourgeois
i
exemple
A kotyè pi, din oun’adzèta, le nirchon chè lètsè lè potè in chondzin i lordè lemachè.
À quârques pieds, dens un' hagèta, le n'héresson chè leche les potes en songient ux lôrdes lemaces. A quelques pieds, dans une petite haie, le hérisson se lèche les babines en songeant aux grosses limaces.
avachi (-e)
adj.
bressan
avashi
avaler
v.
ORB
avalar
gollar
bressan
avalô
fribourgeois
avalâ
indzeri
avaler (en faisant des efforts)
v.
bressan
gourzhayë
avaloire
n.
bressan
avalouar
fribourgeois
kropêre
rakoulêre
rèkoulêre
avance
n.
ORB
avanço
avance
bressan
avèchou
avèche 
avanchou
exemple
Chl ènô, le vèdèzhe évon èn avèche. [St.Ét.2]
Cette année, les vendanges étaient en avance.
On avë na panchyon mé falyë la balyë éj ouvri pe fère lou domène, alor ére pô byin an avanchou. [Mant.1]
On avait une pension, mais il fallait la donner aux ouvriers pour s'occuper de la ferme, alors ça ne nous avançait pas à grand-chose (ce n'était pas très en avance).
fribourgeois
avantho
exemple
Hou brèchi chalâ, i mothron bin ke lè Chindzenê chon fêrmo in avantho chu lou tin. [Trey.1]
Celos brecéls salâs, ils montront ben que les Singenêrs sont fèrmo en avanço sur lor temps. Ces bricelets salés montrent bien que les Singinois sont très en avance sur leur temps.
valaisan
avansó
exemple
Vwi n'ën fé oun bo-n-avansó. [Sav.1]
Hué n'ens fét un bon avanço. Aujourd'hui nous avons bien avancé (dans notre travail).
avancer
v.
ORB
avanciér
bressan
avansé
avèssi
avanchë
avèchë
exemple
- Il lé reprenye, pasqu'é terive. - Pasqu'é terive! - On peu pa toujour avansé. - An charu ôssi, on peu pa toujour avèssi. - Devan la gara, y avë pa de tracteur, in! [St.Tri./Rom.2]
- Ils lés repregnênt perce qu'o teriéve. - Perce qu'o teriéve! - On pôt pas tojorn avanciér. - En charrue assé, on pôt pas tojorn avanciér. - Devant la guèrra, il y avêt pas de tractors, hen! - Ils les reprenaient (les bœufs au lieu du tracteur, pour la faucheuse), parce que ça tirait (bien). - Parce que ça tirait! - On ne peut pas toujours avancer. - En (Sur la) charrue aussi, on ne peut pas toujours avancer. - Avant la guerre (de 1939-45), il n'y avait pas de tracteurs.
Y a mé avanchyâ è cinconte è qu'è deu-mile è. A sla vitèsse, fôdrë reculé... [St.Triv.]
Y at més avanciê en cinquant' ans qu'en doux-mile ans. A cela vitèsse, fôdrêt reculér... (En matière de techniques d'agriculture) Ça a (Les choses ont) plus avancé en 50 ans qu'en 2000 ans. À cette vitesse, il faudrait reculer...
fribourgeois
avanhyi
tsèvanhyí
exemple
No fô atèndre le myochéno chupèryeú è l’abadåye di frîh‘e dou Dzurà po väëre a tsèvanhyí la rèpartichòn jografíka di dahhú. [All.1]
Nos fôt atendre le miocèno supèrior et l’abadâye des frétes du Jura por vêre a chevanciér la rèparticion geographica des dahus. Il nous faut attendre le miocène supérieur et la surrection des crêtes du Jura pour voir avancer la répartition géographique des dahus.
avancer efficacement dans son travail
v.
bressan
évèzhyë