Département de littératures et de langues du monde
Dictionnaire Français/Francoprovençal
Français
A
authentique
adj.
ORB
ôtentico (-a)
bressan
ôtantique
exemple
On léz a byin cônyu. Y a ptètre ancour quèlque survivan. Y ère dé costume ôtantique, in, dan lou moumè. Y ère pô de la reproducsyon. Y an a ancour ô muzé, dé vra. [Rom.4]
On lés at bien cognus. Y at pôt-étre oncor quârques survivents. Y ére des costumes ôtenticos, hen, dens lo moment. Y ére pas de la reproduccion. Y en at encor u musê, des verés. On les a bien connus (les membres du groupe folklorique qui étaient allés à Paris en 1937). Il y a peut-être encore quelques survivants. C'était des costumes authentiques, hein, à l'époque. Ce n'était pas de la reproduction. Il y en a encore au musée (de Romenay), des vrais.
auto
n.
ORB
ôtô
bressan
ôtô
vetezha
exemple
On avë pouin d'ôtô nou, dan lou mouman. [Mant.1]
On n'avêt pouent d'ôtô, dens le moment. On n'avait pas d'auto, nous, à ce moment-là.
L'ashete na vetezha neuva per-tyë tui lé diz on. [St.Cyr1]
Il/El achète na vouètura nôva per-qué tués lés diéx ans. Il/Elle achète une voiture neuve à peu près tous les dix ans.
fribourgeois
oto
exemple
Irè trantyilo, ou volan dè che n’oto. [Trey.1]
Ére tranquilo u volant de son ôtô. Il était tranquille au volant de son auto.
valaisan
ótó
exemple
Déean chin dou comoun iré tó boudzó dé j-ótó. [Sav.1]
Dèvant cen du comen, ére tot boujo des ôtos. Sur la place devant la maison communale ça fourmillait d'autos.
auto-école
n.
ORB
ôtô-ècoula
bressan
ôtô-équeula
ôtô-école
exemple
Mon pére, il ère né è mil-nu-chè-chi. Il a du lou pôché a dij-ouët è, vint è. Mé a l'époque, y ave pouan d'ôtô-école, in... [Rom.5]
Mon pére, il ére nâ en mile-nôf-cent-siéx. Il at dû lo passér a diéx-huét ans, vengt ans. Mas a l'època, y avêt pouent d'ôtô-ècoula, hen... Mon père était né en 1906. Il a dû le passer (le permis de conduire) à 18 ou 20 ans. Mais à l'époque, il n'y avait pas d'auto-école...
auto-scooter
n.
ORB
ôtô-scotére
ôtô-scotor
ôtô tamponosa
ôtô tamponenta
bressan
ôtô-scotère
ôtô-tanponeuze
exemple
Y a greu u d'amélyorassyon. Le premire vougue qu'on avë, nou, y ére surtou lé pousse-pousse. É voure é léz ôtô-scotère que marshon lou myo. [Mant.1]
Y at grôs yu d'amèlyoracions. Les premiéres vôgues qu'on avêt, nos, y ére surtot lés pousse-pousse. Et vore est lés ôtôs-scotère que marchont lo mielx. Il y a eu beaucoup d'améliorations (dans les manèges). Les premières vogues qu'on avait, c'était surtout les pousse-pousse. Et maintenant, c'est les auto-scooters qui marchent le mieux.
La mi-eu, é deurive deu zhou. Y ave lé manèje, leuz ôtô tanponeuze. Y ave lé pousse-pousse, lé shevô de beu. [Rom.4]
La mi-oût, o duriêve doux jorns. Y avêt les manèjos, les ôtôs tamponoses. Y avêt lés pousse-pousse, lés chevâls de bouesc. La (fète de la) mi-août (à Romenay), ça durait deux jours. Il y avait les manèges, les autos tamponneuses. Il y avait les pousse-pousse, les chevaux de bois.
automatiquement
adv.
ORB
ôtômaticament
bressan
ôtômatiquemè
exemple
La segonda paje, è yô, y a touzhou on déssin. Zhe guétyou tou lou té, d'on çyon de l'ôtro, quemè sèque ôtômatiquemè. [St.Cyr1]
La segonda page, en hiôt, y at tojorn un dèssin. Je gouéto tot lo temps d'un fllanc de l'ôtro, coment cen-que ôtômaticament. (Sur) la seconde page (du journal "Le progrès"), en haut, il y a toujours un dessin. Je regarde toujours, d'un côté et de l'autre (pour repérer où est le dessin), de façon automatique.
automne
n.
ORB
ôton
ôtone
fin d'anâ
fin de l'anâ
bressan
fin d'ènô
fin d'innô
fin de l'annô
exemple
La fin d'ènô, on chene lou blô: on quemèsse a labouzhô, a batre, pi on chene lou blô, é pi rabatre apré. [Conf.2]
La fin d'anâ, on sene lo blât: on comence a laborar, a batre, pués on sene lo blât, et pués rabatre après. À l'automne, on sème le blé: on commence à labourer, à battre (la terre), puis on sème le blé, et (on doit) rabattre (la terre) après.
Lé sèr, vé nou, sin-mémou, in, lé sèr qu'y a din lé beu. Tui léz in, i ravaton in fin d'innô. Ele repochon tui léz in - È mé. [Dom.1/Rom.1]
Lés cèrfs, vèrs nos, cen-mémo, hen, lés cèrfs qu'y at dens lés bouesc. Tués les ans, ils ravatont en fin d'anâ. Eles repoussont tués les ans. - En mê. Les cerfs, chez nous, c'est la même chose (que les orignaux). Tous les ans, ils (leurs bois) tombent à l'automne. Elles (leurs cornes caduques) repoussent tous les ans. - En mai.
A féye de le crizantème a la fin de l'annô, pi ma fo quéque reuje, pi ché po ca, mo..., de le pansé. [Rom.5]
El feyêt de les crisantèmes a la fin de l'anâ, pués ma fê quârques rouses, pués sé pas què, mè... de les pensâs. Elle (ma femme) avait des chrysanthèmes à l'automne, quelques roses et je ne sais pas trop..., des pensées.
fribourgeois
outon
exemple
È l’outon, lè j’armayi portâvan bâ, kemin i dejan adon, lè kondiihyon: du fre è dou buro. Prà dè buro! [Trey.1]
En l'ôton, les armalyérs portâvant bâs, coment ils desant adonc, les condicions: du fruit et du burro, prod de burro! En automne les armaillis, quand ils descendaient des montages, apportaient les "conditions", comme on disait alors: du fromage et du beurre. Beaucoup de beurre!
valaisan
outon
exemple
W'outon l'é wéi! [Sav.1]
L'ôton l'est lé! L'automne est là!
autorail
n.
ORB
michelina
bressan
autorail
exemple
On faje tra quilomète a pyë pe alô prède la micheline, a Sint-Étyene. [St.Ét.1]
On fasêt três kilomètres a pied por alar prendre la micheline, a Sent-Ètièno. (Quand on voulait aller à Bourg-en-Bresse depuis Bény) On faisait 3 km pour aller prendre l'autorail à Saint-Étienne(-du-Bois).
autorisation
n.
ORB
ôtorisacion
pâsse
bressan
ôtôrisassyon
pâsse
exemple
Lou "pâsse", il alive querir lou pâsse. Le buraliste tenye lou carné. Y ave on burô de taba a Roumené. [Rom.4]
Lo "pâsse", ils aliêvent querir lo pâsse. Lo buralisto tegnêt lo carnèt. Y avêt un burô de tabac a Romenê. Le "passe" (l'autorisation de distiller de l'alcool), ils (les propriétaires d'alambic) allaient chercher le passe. Le buraliste tenait le carnet. Il y avait un bureau de tabac à Romenay.
autorisé (-e)
adj.
ORB
ôtorisiê
bressan
ôtôrijâ
exemple
É ne pô le fachon de péshë que mècon, que le chayon ôtôrijâ u non. Late que zh'amou lou myo, é latye du péshyô u beur de l'édye abrezhâ chou shon shapé. [St.Ét.1]
O ne pas les façons de péchiér que mancont, que eles seyont ôtorisiês ou non. La-que que j'amo lo mielx, o la-que du pêchior u bôrd de l'égoue abregiê sot son chapél. Ce ne sont pas les façons de pêcher qui manquent, qu'elles soient autorisées ou non. Celle que je préfère, c'est celle du pêcheur au bord de l'eau abrité sous son chapeau.
autoriser
v.
ORB
 ôtorisar
bressan
ôtôrizô
ôtôrijë
fribourgeois
otorijâ
exemple
Lè prithre otorijâvan tot-ou-pye lè brèchi chalâ, chin ke mankâvè pâ dè fére a-rire lè dzin delé de la Charna è delé de la Chindzena. [Trey.1]
Les préthres ôtorisavant tot-u-ples les brecéls salâs, cen que mancâve pas de fére a rire les gens delé de la Sarena et delé de la Singena. Les prêtres autorisaient tout au plus les bricelets salés, ce qui ne manquait pas d’amuser les gens d’outre-Sarine et d’outre-Singine (où les bricelets étaient sucrés).
autorité
ORB
ôtôritât
bressan
ôtôritô
fribourgeois
otoritâ
exemple
Kanbin di yâdzo on chè pyin dè nouthrè j’otoritâ, no dêvethrin ithre bin kontin dè nouthron chouâ
Quand ben des viâjos, on sè plent de noutres ôtôritâts, nos devrians étre content de noutron sôrt. Quand bien (même) parfois, nous nous plaignons de nos autorités, nous devrions être bien contents de notre sort.
autoroute
n.
ORB
ôtôrota
bressan
ôtôroute
grè-routa
exemple
É s'e byè construi. Onn què méme u bor de la routa, in. Pi y a l'ôtôroute pô lon, in. On s'i fa què mémou, ca. Mé bon... [St.Cyr1]
O s'est bien construit. On quand mémo u bôrd de la rota, hen. Pués y at l'ôtôrota pas luen, hen. On s'y fât quand mémo, què. Mas bon... (Là où j'habite, il y a beaucoup de bruit). Ça s'est beaucoup construit (il y a des nouveaux lotissements). On est quand même au bord de la route. Et l'autoroute n'est pas loin. On s'y fait quand même, mais (ça n'est pas toujours facile)...
Pe alô a Cluni ou ple lon, zhe prenyou la grè-routa, ca. É pô l'ôtôroute, mé é pazhë. [St.Cyr1]
Por alar a Cluni ou ples luen, je pregno la grant-rota, què. O pas l'ôtôrota, mas o parely. Pour aller à Cluny ou plus loin, je prends la voie express (route européenne 62, à voies larges). Ce n'est pas (exactement) l'autoroute, mais c'est pareil.
autour (de)
adv. (prép.)
ORB
u tôrn (de)
alentôrn (de)
lentôrn (de)
tot lentôrn (de)
bressan
alatou
latou de
latour de
lètou
alètour de
alatour de
to latou de
exemple
Tout alatou, me barire, mon mur, i m'a fé na pinture nouvala. [Mant.1]
Tot alentôrn, mes barriéres, mon mur, il m'at fét na pintura novéla. Tout autour (mes barrières, mon mur), il a mis une nouvelle peinture.
La dimèshe, le betôve tui chéj eur latou du co. [Conf.3]
La demenge, el betâve tués ses ors lentôrn du côl. Le dimanche, elle mettait tous des bijoux (en or) autour du cou.
I chôton lou rigueudon. É na brava binda latour du lyôti. [Pol.1]
Ils sôtont lou rigôdon. Est na brâva banda lentôrn du cllâtiér. Ils dansent (sautent) le rigodon. C'est une belle bande, autour du clarinettiste.
Ne me rapalou, che qu'ij apalivè la "rue des fossés", on voye..., pasque dè lou tè, y ave on taré lètou. [Rom.1]
Je me rapèlo, ce qu'ils apelévênt la "rue des fossés", on veyêt... perce-que dens lo temps, y avêt un tèrrél lentôrn. (Romenay a une histoire très ancienne.) Je me rappelle, (dans) ce qu'ils appelaient "la rue des fossés", on voyait... (des restes de remparts), parce qu'autrefois, il y a avait un fossé autour (de la ville).
I quemèchôvon a zhouyë alètour de la cou, tin qu'a che qu'on venye léz uvri. L'étrôvon, l'épinlyôvon na coucarde u patron pi a la patroune. [St.Ét.1]
Ils començâvont a jouyér alentôrn de la cort, tant qu'a ce qu'on vegne lés uvrir. Ils entrâvont, ils èpingllâvont na cocârda u patron pués a la patrona. Ils (les conscrits) commençaient à jouer (de la musique) autour de la cour, jusqu'à ce que quelqu'un vienne leur ouvrir. Ils entraient, épinglaient une cocarde au patron et à la patronne.
Zh'équetou la radyô, RCF. É marshe tou lou té! I parlon tou lou té de vyâzhou, d'ècspédissyon alatour du mondou. [St.Cyr1]
J'acuto la radiô, RCF. O marche tot lo temps! Ils parlont tot lo temps de viâjos, d'èxpèdicions alentôrn du mondo. J'écoute la radio, RCF. Ça fonctionne en permanence! Ils parlent tout le temps de voyages, d'expéditions tout autour du monde.
Al ave d' le meushe to latou de la téta, pi tou per on cô, a ch'a betô a bejé. [Rom.5]
El avêt de les mouches tot lentôrn de la téta, pués tot per un côp, el s'at betâ a bugiér. Elle (la vache) avait des mouches tout autour de la tête, et soudain, elle s'est mise à remuer.
fribourgeois
intoua (a l')
outoua
daveron
dèveron
exemple
Ora, kan on vê kemin la vela dè Bulo è lè velâdzo outouâ l’an agrochi, on pou chè dre ke lè dzouno rètràvon dou travô in Grevîre. [Trey.1]
Ora, quand on vêt coment la vela de Bulo et les velâjos u tôrn l'ant agrossi, on pôt sè dere que les jouenos retrôvont du travaly en Gruviére. Maintenant, quand on voit comment la ville de Bulle et les villages alentours ont pris de l’ampleur, on peut se dire que les jeunes retrouvent du travail en Gruyère.
autre
adj.
ORB
ôtro (-a)
bressan
ôtrou
ôtre [f. pl.]
ôtra [f.]
ôtrez [pl.]
eutrou [pl.]
ôte [f.]
ôtrouz [pl.]
exemple
Zh'an a oncoure n'ôtrou, que zhe vayou prèsque jamé, qu'abite louin ari. [Mant.1]
J'en ai encore un autre (de petit-fils), que je ne vois presque jamais, qui habite loin lui aussi.
Y avë dé mouajon qu'on ére byin ressu, pi d'ôtre, pasque on teurnive la fissala chur tou, i conpri a trôbla: conta po qu'zh'va alé la, pasqu'éy e na mouajon rouzhe. [St.Tri.]
Y avêt des mêsons qu'on ére bien reçu, pués d'ôtres, perce qu'on tornéve la ficèla sur tot, y comprês a trâbla: compta pas qu'j'vâ alér lé, perce qu'oy est na mêson roje. (Concernant les conditions de travail) Il y avait des maisons (fermes) où on était bien reçu, et d'autres, parce qu'on "tournait la ficelle" (?) sur tout, y compris à table (pour lesquelles on disait): ne compte pas que j'aille là-bas, parce que c'est une "maison rouge" (où les conditions sont dures).
Le fèrme quemouin qu'te di, qu'érè "mojon rouzhe", y èn ave tré peu. - Vé nou y avë de plasse, lou patron, cha fena pi lé gamin manzhivon a na trôbla, pi lé vôlë a l'ôtra. - Pô a Roumené... [Rom.2/St.Tri.]
Les fèrmes coment que te dis, qu'érênt "mêsons roges", y en avêt trés pou. - Vèrs nos y avêt de places, lo patron, sa fèna pués lés gamins mengiévont a na trâbla, pués les vâlèts a l'ôtra. - Pas a Romenê... Les fermes comme celles dont tu parles, qui étaient "maisons rouges" (avec de mauvaises conditions de travail), il y en avait très peu. - Chez nous il y avait des fermes (où) le patron, sa femme et les gamins mangeaient à une table et les valets à l'autre. - Pas à Romenay...
É fô dere pe quemèchë qu'a Sèt-Étyene, quemè a d'ôtrez èdrë, on écri lé mou quemè on léz ètè. [St.Ét.2]
O fôt dére por comenciér qu'a Sent-Ètièno, coment a d'ôtros endrêts, on ècrit lés mots coment on lés entend. Il faut dire pour commencer qu'à Saint-Étienne(-du-Bois), comme à d'autres endroits (où il y a des patoisants), on écrit les mots comme on les entend.
Ére a Rôtenala. Bin il avë dé comi, il alive a la fore a Bourc. Pi y in ave bin déj eutrou! [Rom.5]
Ére a Râtenèla. Ben il avêt des comês, il aléve a la fêre à Bôrg. Pués y en avêt ben des ôtros! Il (l'éleveur dont je parlais) était à Ratenelle. Il avait des commis et il allait à la foire de Bourg(-en-Bresse). Et il y en avait d'autres (qui faisaient de tels longs voyages).
La cate-shevô, l' moteur ére deri. On è van pyë... Pô qu'zh'la shèzhera pô contre l'ôte, mé chi pô foutu de la conduire, l'ôte. Zh'a pô mé lou courôzhou... [Rom.5]
La quatro-chevâlx, lo motor ére dèrriér. On en vend ples... Pas que je la changierê pas contre l'ôtra, mas su pas fotu de la conduire, l'ôtra. J'é pas més lo corâjo... La (Renault) 4CV, le moteur était à l'arrière (aussi, comme cette Renault Twingo). On n'en vend plus... Ce n'est pas que je ne l'échangerais pas (ma Renault 4L) contre l'autre (la Twingo), mais je serais incapable de la conduire. Je n'ai plus le courage (d'apprendre)...
La Sin-Cayon ne pô na féta relijyeuze, mé na féta populèzhe. I fon sètye a Bou depi côquez ènô, mé é da bin se fôre ahi a d'ôtrouz èdrë. [St.Ét.1]
La Sent-Cayon ne pas na féta religiosa, mas na féta populèra. Ils font cen-que a Bôrg depués quârques anâs, mas o dêt ben sè fâre arriér a d'ôtros endrêts. La Saint-Cayon n'est pas une fête religieuse, mais une fête populaire. Ils font ça à Bourg(-en-Bresse) depuis quelques années, mais ça doit bien se faire aussi à d'autres endroits.
fribourgeois
ôtro [m.]
ôtra [f.]
exemple
Chon travô konchichtâvè a trèpojâ lè roulô chu dou, trè, katro fê bin tsô betâ l’on dèkouthè l’ôtro. [Trey.1]
Son travaly consistâve a trèposar les roulôs sur doux, três, quatro fèrs ben chôds betâs l’un de couthes l’ôtro. Son travail consistait à déposer les rouleaux (de pâte à bricelets) sur deux, trois, quatre fers bien chauds placés l’un à côté de l’autre.
On’ôtra tyêchon l’a travêchi l’èchpri a Tônon. [Trey.1]
Un’ôtra quèssion l’at travèrsiê l’èsprit a Tôno. Une autre question a traversé l'esprit de Tônon.
valaisan
âtro [m.]
exemple
Tόtin apréi tapa chou ό deoun! Fόou aréta! Cόmin che é j'âtrό dzò chechon fran i camëntran dé Rio! [Sav.1]
Tot lo temps aprés tapar sur lo delun! Fôt arrètar! Coment se les ôtros jorns seyéssant franc le careme-entrant de Rio! Toujours en train de taper sur le lundi! Il faut arrêter! Comme si les autres jours étaient comme le carnaval de Rio!
autrefois
adv.
ORB
ôtro-côp
dens lo temps
dens lo viely temps
un viâjo
dens lo veré viely temps
y at étâ
bressan
ôtroucô
dè lou tin
dè lou vyu tè
dé lou tè
dè lou vra vyô tin
din lou tin
dan lou tan
y a étô
exemple
Zh'é mon père qué m'a inpôjô sètye, in. Ôtroucô falye prède lou métyé du pére. [Rom.4]
J'é mon pére que m'at emposâ cen-qué, hen. Ôtro-côp falyêt prendre lo métiér du pére. (J'ai) mon père (qui) m'a imposé ça (le métier de sabotier). Autrefois, il fallait (re)prendre le métier du père.
Mé é ne fô pô ébleyë que lou Revermon èn a étô couar dè lou tin. [St.Ét.2]
Mas o ne fôt pas èbleyér que lo Revèrmont en at étâ cuvèrt dens lo temps. Mais il ne faut pas oublier que le Revermont en a été couvert (de vigne) autrefois.
Justamè, davi men oumou, on è parlive yan de chté zhou-tyë. I me dyë que dè lou vyu tè, dé molin, y èn ave pourtou, chu lé ptë bi, che le revire... [Rom.1]
Justament, d'avouéc mon homo, on en parléve yon de cetés jorns-qué. Il me desyêt que dens lo viely temps, des molins, y en avêt pertot, sur lés petits biéds, sur les reviéres... Justement, avec mon mari, on en parlait il y a quelques jours. Il me disait qu'autrefois, il y avait des moulins partout, sur les petits biefs, sur les rivières...
Na bertya de froumozou vyu! Vouj é mèzé mè sè, ou dav on ptë mouché de bouèrou, danbin davi na chalade che vou vyi, mè anfin dè lou tè é che mèzive mè chètya. [Rom.1]
Na bèrta de fromâjo viely! Vos o mengiéd 'ment cen, ou d'av' un petit morsél de burro, donc ben d'avouéc na salâda se vos volyéd, mas enfin dens lo temps, o sè mengiêve 'ment cen-que. (C'est comme ça qu'on prépare) Une tartine de "fromage vieux" (au four)! Vous pouvez la manger comme ça (sans rien d'autre), ou avec un petit morceau de beurre, ou avec de la salade, si vous voulez, mais autrefois, ça se mangeait (juste) comme ça.
Dè lou vra vyô tin, y ave pô grè-sheuje, in. Y ave pouin de matéryèl pe dere. [Col.2]
Dens lo veré viely temps, y avêt pas grant-chousa, hen. Y avêt pouent de matèrièl por dére. Autrefois, il n'y avait pas grand-chose (pour faire les travaux des champs). Il n'y avait pour ainsi dire pas de matériel.
Vé nou de mon tin, lé lo y in ave plë. Y in ava u din lou tin. On me racontève de fôble... [Var.1]
Vèrs nos de mon temps, lés lops y en avêt ples. Y en avêt yu dens lo temps. On me racontéve de fâbles... Chez nous, dans ma jeunesse, il n'y avait plus de loups. Il y a en avait autrefois. On me racontait des histoires...
Dan lou tan, can l'intandive dere a la sinna, de gran, qu'éy ave de lë... In, y ave de lë, oncoure... [Dom.2]
Dens lo temps, quand el entendéve dére a la sina, de grant, qu'oy avêt de lôps... Hen, y avêt de lôps... Autrefois, elle (ma grand-mère) entendait dire à sa propre grand-mère qu'il y avait des loups... Il y en avait encore...
Y a étô, on choyive le shantre pi dé bérényan. Chè on voulive, on choyive u do. Pi on èz èmenive a le vashe, per fère mèzhi. [Rom.5]
Y at étâ, on seyéve les chentres pués des baragnons. Se on voléve, on seyéve u dâly. Pués on lés emmenéve a les vaches, por fére mengiér. Autrefois, on fauchait (aussi) les chaintres et les talus. Si on voulait, on fauchait à la faux. Et on emmenait (ce qu'on avait fauché) aux vaches pour les faire manger.
fribourgeois
antan
din le tin
on yâdzo
ôtrafê
outan
exemple
Po Tsalandè, ly avi pâ tan dè hou j’aféro organijâ. Ly avê la mècha dè la mi-né. Èputhè, l’è j’oûva avanhya. Ma on yâdzo, l’îrè a la mi-né. No fayê ly alâ a dzon. [All.1]
Por Chalendes, il y avêt pas tant de celos aféros organisâs. Il y avêt la mèssa de la mi-nuet. Et pués, l'at yua avanciê. Mas un viâjo, l'ére a la mi-nuet. Nos falyêt y alar a jon. Pour Noël, il n'y avait pas grand-chose d'organisé. Il y avait la messe de minuit. Après, elle (l'heure de la messe) a été avancée. Mais autrefois, c'était à minuit. Il fallait y aller à jeun.
autrement
adv.
ORB
ôtrament
'trament
bressan
ôtramè
ôtreman
ôtremin
tramè
ôtraman
etreman
'tremè
exemple
Va froumô la barizhe, ôtramé lou shin va ch'ècouzhi. [St.Cyr1]
Va fremar la barriére, otrament lo chen vat s'encorir. Va fermer la barrière, sinon le chien va se sauver.
Y an demeure ple qu'yon, pi i byin maladou, ôtreman, é demeure de felye. [Man.1]
Y en demore ples qu'yon, pués il bien malado, ôtrament, o demore de felyes. Il n'en reste plus qu'un (parmi mes frères) et il est très malade. Sinon, il reste des filles (parmi mes sœurs).
Davi dé vazin que parlion patouâ bin on parle patouâ, mé ôtremin... Pi davi té gran vou côjié pô lou patouâ non? Non, pi a l'équeula, y ére pô recomindô. É faye pô ét pri, in. [Dom.1/Rom.1]
D'avouéc des vesins que parliont patouès, ben on parlêt patouâ, mas ôtrament... Pués d'avouéc tés grants, vos côsiéd pas lo patouès, non? Non, pués a l'ècoula, y ére pas rècomendâ. O falyêt pas étre prês, hen. Avec des voisins qui parlaient patois, on parlait patois. Et avec tes grands-parents, vous ne parliez pas le patois? Non, et à l'école, ce n'était pas recommandé. Il ne fallait pas être pris.
É fô é crevi, 'tramè... Mé y a pô byè zhelô chte yè oncouzhe, pe lou moumè. Y a rin que zhelô u mouâ de novanb, què y a zhelô on peu, deu co mouin di. [Cras2]
O fôt o crevir, 'trament... Mas y at pas bien gelâ, ceti an, por lo moment. Y at ren que gelâ u mês de novembre, quand y at gelâ un peu, doux côps muens diéx. Il faut couvrir ça (les légumes dans le jardin), autrement... (ça risque de geler). Mais il n'a pas encore beaucoup gelé cette année, pour le moment. Il a seulement gelé au mois de novembre, quand il a gelé un peu, deux fois moins dix.
Ôtraman on trouvive pô de café. Y an a byin que greyivin de l'orzhou, mé y ère pô de café. [Mant.1]
Otrament on trvoiêve pas de câfè. Y en at bien que grelyêvant de l'ôrjo, mas y ére pas de câfè. Autrement (pendant la guerre de 1939-45), on ne trouvait pas de café. Il y en a bien qui grillaient de l'orge (pour faire de l'ersatz), mais ce n'était pas du café.
etreman la nè, i manzhivan din le mouazon, 'mouin ch'an regalivan. Ch'y a on shin que n'ére po anfroumô, qu'éret a la cou, i lou tuivan. [Lchx.1]
Mas otrament la nuet, ils mengiévont dens les mêsons, 'ment s'en regalévant. S'y at un chen que n'ére pas enfremâ, qu'érêt a la cort, ils lo tuévant. Autrement, la nuit, ils (les loups) mangeaient dans les maisons, comme ils se régalaient. S'il y avait un chien qui n'était pas enfermé, qui restait dans la cour, ils le tuaient.
Pi 'tremè, la grépe quèque cô… Me chi rontu na shanbe, davi chli tracteur, zh' vouliva labouré... Pan! Y a parti dè lou taré pi… la shanba, y a rontu…. [Rom.5]
Pués 'trament, la gripa quârques côps… Me su rontu na chamba, d'avouéc celi tractor, je voléva laborér… Pan! Y at parti dens lo tèrrél pués… la chamba, y at rontu… Sinon, (comme problème de santé, j'ai eu) la grippe quelques fois… (Une fois) Je me suis cassé la jambe avec ce tracteur en voulant labourer... Pan! Tout est parti dans le fossé et la jambe a cassé...
fribourgeois
ôtramin
valaisan
atramin
exemple
N'ën ina, atramin var.i ba eó.
Nens en hôt, ôtrament varé bas yo. Monte, sinon c'est moi qui descendrai.
Autrichien (-nne)
n.
ORB
Ôtrichien (-a)
bressan
Ôtrichyin
exemple
La Brézilyène, el conprenive pi l' côjôve ache byin que nou. Y ave n'Ôtrichyin ôssi.[Vir.2]
La Brèsiliena, el comprenéve pués el côsâve asse bien que nos. Y avêt n'Ôtrichien assé. La Brésilienne (Simone, une étudiante qui s'intéressait au francoprovençal) comprenait et parlait (patois) aussi bien que nous. Il y avait aussi un Autrichien (qui était venu nous interviewer).
auvent
n.
ORB
étro
étre
bressan
étre
exemple
A Sint-Étyene... - on éve chou l'étre. - On ave fé la frema de... La Boushardizhe... - On ave shoquyon on reulou... [Vir.1/3/2]
A Sent-Ètièno... - on ére sot l'étre. - On avêt fét la fèrma de... La Bochardiére... - On avait châcun un rolo... En 2017, à la fête de patoisants de l'Ain) À Saint-Étienne(-du-Bois)... - on était sous l'auvent (l'ancienne carronnière qui fait office de scène). - On avait présenté (un sketch sur) la ferme (extraordinaire) de La Bouchardière... - Chacun de nous avait un rôle...
Auvergnat (-e)
n.
ORB
Ôvèrgnât (-a)
bressan
Ôvernyâ (-te)
exemple
Pe lou frècoprovèchal, é ne sèze pô grè-sheuja precâ on ne le treuve qu'è Rône-Alpe. On ne peu pô dere qu'éy e la linga dej Ôvernyâ.... -Non, pô tou a fé! [St.Ét.1/2]
Por lo francoprovençal, o ne change pas grant-chousa porquè on ne lo trove qu'en Rôno-Alpes. On ne pôt pas dére qu'oy est la lengoua des Ôvèrgnâts. -Non, pas tot a fét. Dans le cas du francoprovençal, ça (la fusion entre les régions Rhône-Alpes et Auvergne en 2015) ne change pas grand-chose parce qu'on ne le trouve qu'en (région) Rhône-Alpes. On ne peut pas dire que c'est la langue des Auvergnats... -Non, pas tout à fait ( vraiment pas)!
Auvergne
ORB
Ôvèrgne
bressan
Ôvèrnye
exemple
On an achtive vé li, a mouatyâ fé. On abondive pô, nou, la producsyon, vé nou. On alive lui in achté, dé chabouâ qu'i feye veni d'Ôvèrnye. [Rom.4]
On en achetiêve vèrs lui, a mêtiât fét. On abondiêve pas, nos, la produccion, vèrs nos. On aliêve lui en achetér, des sabôts qu'il fesêt venir d'Ôvèrgne. On en achetait (des sabots) chez lui (M. Pirat, un fournisseur de Bourg-en-Bresse), à moitié faits (terminé). Nous, on ne suffisait pas à satisfaire la demande (fr. rég.: on n'abondait pas), chez nous (dans notre atelier de Romenay). On allait lui (en) acheter des sabots qu'il faisait venir d'Auvergne.