Département de littératures et de langues du monde
Dictionnaire Français/Francoprovençal
Français
A
aisance
n.
ORB
ésence
bressan
èzanche
exemple
On ave tyè mémou mouin de vocabulèzhe, pi on peu mouin d'èzanche pe parlô a tou lou monde. [St.Ét.1]
On avêt quand mémo muens de vocabulèro, pués un pou muens d'ésence por parlar a tot lo mondo. (À notre époque) On avait quand même moins de vocabulaire (que les enfants d'aujourd'hui), et un peu moins d'aisance pour parler à tout le monde.
aise
n.
ORB
ése
bressan
éje
exemple
Lou zhou d'apré, l'éve a Dijon. Sé pyë évon bin on peu talô, mè i chintive d'éje è vayè chla vela. I ne chintive pô mé que l'éve blechâ. [St.Ét.2]
Lo jorn d'aprés, il ére a Dijon. Sés pieds éront ben un pou talâs, mas il sentéve d'ése en veyent cela vela. Il ne sentéve pas més que l'ére blèssiê. Le lendemain, il était à Dijon. Ses pieds étaient certes un peu talés, mais il était transporté d'aise en voyant cette ville (Chalon-sur-Saône). Il en oubliait qu'il était blessé.
aisé (-e)
adj.
ORB
ésiê
facilo
comôdo
bressan
éjâ
exemple
Slé tin-tyë chont assui. La péshe, ye réglemètô, survelyâ. Lez écrevichou pi lé renouye on disparu, lé pâchon devenu rère, pi pô éjâ a prèdre. [St.Ét.2]
Celés temps-qué sont assuits. La pêche, est règlementâ, survelyê. Lés ècrevissos pués le renolyes ont disparu, lés pêssons devenus râros, pués pas ésiês a prendre. Cette époque est révolue. La pêche est réglementée, surveillée. Les écrivisses et les grenouilles ont disparu, les poissons sont devenus rares et difficiles à attraper.
fribourgeois
fachilo
kemoudo
éji
valaisan
ijya
aisément
adv.
ORB
ésament
bressan
éjamè
exemple
D'ôtre ètrôve dè l'édye pe péshë a la man. Falive étre malin, pi avâ l'abitude, precâ lou pâchon ne che lachâve pô prèdre éjamè. [St.Ét.2]
D'ôtros entrâvent dens l'égoue por pêchiér a la man. Faléve étre malin, pués avêr l'habituda, porquè lo pêsson ne sè lèssâve pas prendre ésament. D'autres (pêcheurs) entraient dans l'eau pour pêcher à la main (et non à la ligne). Il fallait être rusé et avoir l'habitude parce que le poisson ne se laissait pas attraper aisément.
ajointer
v.
bressan
zhouintô
ajonc
n.
bressan
zhon
fribourgeois
adzon
prala
ajouré (-e)
adj.
bressan
ajourô
ajourner
v.
bressan
azhournô
ajouter
v.
ORB
apondre
ajoutar
bressan
apondre
ajoutô
azhoutô
exemple
"Zh'a on bôton de oquè!", ajouta lou cadè è chôtè de joua. [St.Ét.1]
"J'é un bâton de hoquê", ajoutat lo cadèt en sôtent de jouâ. "J'ai un bâton de hockey", ajouta le cadet en sautant de joie.
Aouâ chlé chifre, on quemèche a mehzezhë l'étèdu du dégâ. É fô azhi azhoutô l'ètretin, pèdè mé de catre è, de chin melyon de choldâ. [St.Ét.1]
Avouéc celos chifres, on comence à meserér l'ètendua du dègât. o fôt arriér ajoutar l'entretin, pendent més de quatro ans, de cinq melyons de sordâts. Avec ces chiffres (sur les millions de morts entre 1914 et 1918), on commence à mesurer l'étendue du dégât. Il faut aussi ajouter l'entretient, pendant plus de quatre ans, de cinq millions de soldats.
fribourgeois
ajoutâ
ajuster
v.
ORB
ajustar
bressan
ajustô
fribourgeois
adjuchtâ
alambic
n.
ORB
alambic
bressan
alanbi
alèbi
exemple
Apré y ave lou casse-croute é pi de la nyôla de rozin de l'alanbi du poyi. Oh il èrè chouète can la tournô ère tèrminô... Il èrè bréve... [Rom.4]
Aprés y avêt lo câssa-crouta et pués de la gnôla de resim de l'alambic du payis. Oh ils érênt chouètes quand la tornâ ére tèrminâ... Ils érênt brâvos... Après (le défilé des musiciens qui réveillaient la population au son du clairon pour le Jour de l'an) il y avait le casse-croute et de l'eau-de-vie de raisin (provenant) de l'alambic local. Oh ils étaient chouettes quand la tournée était terminée... Ils étaient jolis...
Zhe pèchou qu'éy e pe la fremètassyon. - Oua, lou moumè venu, on menôve lou tou a l'alèbi, pe fôre distilô. [St.Ét.2/1]
Je penso qu'oy est por la fèrmentacion. - Ouè, lo moment venu, on menâve lo tot a l'alambic por fâre distilar. Je pense que c'est pour (encourager) la fermentation (qu'on enrobait de terre glaise les baquets remplis de marc de raisin). - Oui, le moment venu, on emmenait le tout à l'alambic pour procéder à la distillation.
fribourgeois
alanbike
alarmant (-e)
adj.
bressan
alarmè (-ta)
alarme
n.
ORB
alârmo
alârma
bressan
alarma
exemple
L'on bin creyâ alarma, mé éy éve trou ta.
L'on bin creyâ alarma, mé éy éve trou ta. L'ont ben criâ alârma, mas il ére trou târd. Ils ont bien donné l'alarme, mais il était trop tard.
fribourgeois
alârma
Albert
n.
ORB
Albèrt
bressan
Albèr
exemple
Vouzhe, lé princhou n'époujon po mé le princhesse! On vra contou de fé, precâ le n'e pô du mémou ran. Té-que te vu, Albèr, lou mondou a byin shèzhâ. [St.Ét.1]
Vore, lés prinços n'èposont pas més les princèsses! On veré conto de faye, porquè ele n'est pas du mémo rang. To-que te vôs, Albèrt, lo mondo at bien changiê... De nos jours, (avec le mariage de Harry et de Meghan, on voit que) les princes n'épousent plus les princesses! (C'est) Un vrai conte de fée, parce qu'elle n'est pas du même rang. Qu'est-ce que tu veux, Albert, le monde a bien changé...
alcool
n.
ORB
alcôl
bressan
alcol
exemple
Vou voulyé ptétre bare ôtre cheuze? - Oh non... - De byère? - Non, bavou pô d'alcol. - Bin vé nou nonple, alor... [Pir.1/Conf.3]
Vos voliêd pôt-étre bêre ôtra chousa? - Oh non... - De biére? - Non, bâvo pas d'alcôl. - Ben vèrs nos non-ples, alor... Vous vouliez peut-être boire autre chose? - Oh non... - De la bière? - Non, je ne bois pas d'alcool. - Eh bien nous non plus, alors...
alcoolique
n.
ORB
soulon
brandevignê
bressan
seulon
fribourgeois
brantevinyé
alcôve
n.
bressan
arcô
fribourgeois
êrkô
kanna
alêne
n.
ORB
alêna
bressan
linna
fribourgeois
alêna
lêna
valaisan
âwin.na    
exemple
Fóou 'na groucha awin.na pó pèrchye ché cwëe.
Fôt 'na grôssa alêna por pèrciér cél cuér. [Il faut une forte alêne pour percer ce cuir.]
alentour
n., adj.
ORB
alentôrn
bressan
alètou
alantour
alintou
exemple
Éy e "Fabre d'Églantine" que l'a metô è plache. Y éve lou premi pluvyôse, é-t-a-dere éj alètou du vin zhèvi de notre calandriyé. [St.Ét.2]
Oy est "Fabre d'Églantine" que l'at metâ en place. Oy ére lo premiér ploviôse, o-est-a-dére ès alentôrns du vengt janviér de noutron calendriér. C'est (l'écrivain et révolutionnaire) Fabre d'Églantine qui l'a mise en place (la première Fête du travail, en 1793). C'était le 1er pluviôse, c'est-à-dire aux alentours de 20 janvier de notre calendrier.
On se produizive tyë ôz alantour. La gare a tèrminô tou sètye pi il l'on jamé remontô. [Rom.1]
On sè produisiêve qué ux alentôrns. La guèrra at tèrminâ tot cen-qué pués ils l'ont jamés remontâ. (Les membres du groupe de danses fokloriques fondé vers 1937) On se produisait ici dans les alentours. La guerre a mis fin à tout ça et et ils ne l'ont jamais remonté (le groupe).
De tui léj alintou, mimou pleteu qu'a Bou, on vin de preferanche, a neutron randé-vou, fère bonbanche (bis). [Col.2]
De tués lés alentôrns, mémo pletout qu'a Bôrg, on vint de prèference, a noutron rendéd-vos, fére bombance (bis). De tous les alentours, on vient de préférence à notre rendez-vous (la "vogue" de Viriat) plutôt qu'à (celle de) Bourg(-en-Bresse), pour faire bombance.
fribourgeois
abouâ
alintoua
alerte
adj.
ORB
alèrta
bressan
délezhè (-ta )
agissè (-ta)
fribourgeois
dègadji
redjè
redyè
vidzo