Département de littératures et de langues du monde
Dictionnaire Français/Francoprovençal
Français
Q
Page 1 de 5Page suivante
qu'est-ce que
pr. inter., exclam.
ORB
to-que
to-donc-que
mas... ben
mas...
bressan
teu-que
teu-qu'
té-que
te-que
teu-don-qu'
mé... bin
ton-que
exemple
Teu-que vou fâte stioui? [Conf.3]
To-que vos fâdes ceti houé? Qu'est-ce qu'elle fait aujourd'hui?
Teu-qu'i li on fè? [Mant.1]
Te-qu'ils lui ont fét? Qu'est-ce qu'ils lui ont fait?
Vouzhe, lé princhou n'époujon po mé le princhesse! On vra contou de fé, precâ le n'e pô du mémou ran. Té-que te vu, Albèr, lou mondou a byin shèzhâ. [St.Ét.1]
Vore, lés prinços n'èposont pas més les princèsses! On veré conto de faye, porquè ele n'est pas du mémo rang. To-que te vôs, Albèrt, lo mondo at bien changiê... De nos jours, (avec le mariage de Harry et de Meghan, on voit que) les princes n'épousent plus les princesses! (C'est) Un vrai conte de fée, parce qu'elle n'est pas du même rang. Qu'est-ce que tu veux, Albert, le monde a bien changé...
Aouâ tou lou répèrtouâre de le shèchon de note Brache, y a de ca fôre. Te-que te va bin nou seurti? [St.Ét.2/1]
Avouéc tot lo rèpèrtouèro de les chançons de noutra Brêsse, y at de què fâre. - To-que te vas ben nos sortir? Avec tout le répertoire des chansons de notre Bresse, il y a de quoi faire! Qu'est-ce que tu vas bien nous sortir (pour l'émission d'aujourd'hui)?
I fu bin ébôdi de va tè de louzhemè, pi pô lamè n'écuri, ni na buzhe, ni on bouë. "Teu-don qu'on fa itye?!", qu'i che dissi. [St.Ét.1]
Il fut ben èbôdi de vêr tant de logements, pués pas lament n'ècurie, ni na buge, nu un buef. "To-donc-qu'on fât ique?!", qu'il sè dissit. (En traversant Chalon-sur-Saône) Il (Claude) fut ébahi de voir autant de logements, et même pas une écurie, ni une étable ou un bœuf. "Qu'est-ce que les gens peuvent bien faire ici?!", se dit-il.
I me bayôve on greu mouché de breyoushe quemè sètye! l'éve bin bena! Mé ma, zhe pouve pô mèzhyë quemè sètye, ma... É me faje tou mon catessimou pe mèyé ma breyoushe! [St.Cyr1]
Il mè balyâve un grôs morsél de brioche coment cen-que! Mas l'ére ben bôna! Mas, mè, je povê pas mengiér coment cen-que, mè. O mè falyêt tot mon catechimo por mengiér ma brioche! (Le curé, pour me remercier de venir allumer le feu avant le catéchisme) Il me donnait un morceau de brioche gros comme ça! Qu'est-ce qu'elle était bonne! Mais je ne pouvais pas manger ça comme ça d'un seul coup... Il me fallait tout le catéchisme pour manger ma brioche!
on rejë! Il èn ave douve... Pi i vou deje, i fôdrë bin qu'i fache què méme on chouâ... [St.Cyr1]
Mas on resêt! Il en avêt doves... Pués il vos desêt, o fôdrêt ben qu'il fasse quand mémo un chouèx. Qu'est-ce qu'on riait (quand on discutait de cette histoire)! Il en avait deux (en même temps, d'amoureuses)... Et il vous disait qu'il faudrait quand même qu'il fasse un choix...
Il ére no tinqu'a lej ourlyë! I rètre vé cha mére: "Ton-que t'ô fé, don?!" [Rom.5]
Il ére nêr tant qu'a les orelyes! Il entre vèrs sa mére: "To-que t'âs fét, donc?! (Après avoir mangé des épis de maïs grillés) Il était (plein de) noir jusqu'aux oreilles! Il rentre chez sa mère (qui lui dit): "Qu'est-ce que tu as donc fait?!"
fribourgeois
tchè ke?
tyè ke?
tyè-the?
qu'importe
interj.
ORB
to-qu'o fât
què mène-to
bressan
teu-qu'é fa
fribourgeois
tyè minè-the
exemple
Tyè minè-the che, po fournè, ly a ôtye ke krêjè!? [All.1]
Que mène-to se, por fornir, y a oque que crouese!? Qu'importe si, pour finir, il y a quelque chose qui cloche (va de travers)!?
quai
n.
ORB
quê
qualité
n.
ORB
qualitât
bressan
calitô
exemple
Zhe crayou qu'éy a na conferanche. - Oua, é chezhâ a neuy ore. Éy e on moumè ètezhachè, avouâ on intèrvenè de calitô. [St.Ét.2/1]
Je crèyo qu'oy at na confèrance. - Ouè, o serat a nôf hores. Oy est un moment entèrèssant, avouéc un entèrvenent de qualitât. (À la Fête départementale du patois à Saint-Étienne-du-Bois) Je crois qu'il y aura une conférence. - Oui, ce sera à 9 h. C'est un moment intéressant, avec un intervenant de qualité.
fribourgeois
kalitâ
quand
conj.
ORB
quand
quand-to
quand-to que
u-temps que
bressan
què
tyè
can
can-teu
quin
quint
cante
can-teu que
exemple
Què on va le montanye du matin byè lyâr, é preuva qu'é sinye de plouzhe. [Conf.2]
Quand on vêt les montagnes du matin bien cllâres, est prôva qu'est segne de ploge. Quand on voit les montagnes du matin bien claires, c'est preuve que c'est signe de pluie.
É fa oncou rèvô tyè on va lou mondou qu'éy a déplachâ, pi tui sé qu'évon deri lou peuste de telévijyon. [St.Ét.2]
O fât oncor rèvar quand on vêt lo mondo qu'oy a dèplaciê, pués tués céls qu'éront derriér lo pôsto de tèlèvision. (Le mariage de Harry et de Meghan) Ça fait encore rêver, quand voit le monde que ça a déplacé, et tous ceux qui étaient derrière le poste de télévision.
Can i che chon betô de fére chlé gran poulolyi, t'sé bin, lou marshyan il y alive, i prenyë ché poulè pi i ch'n alive, couo. Y a paralizô lé marshyâ. [Rom.1]
Quand ils sè sont betâs de fére celés grants polalyérs, te sés ben, lo marchand il y aléve, il pregnêt sés poulèts pués il s'en aléve, què. Y at paralisâ lés marchiês. Quand ils se sont mis à faire ces grands poulaillers (industriels), on le sait bien, le marchand allait là-bas, il achetait ses poulets et s'en allait. Ça a paralysé les marchés.
Ma cherô, can-teu que l' e avé ma, on côje touzou lou patouâ. [Rom.1]
Ma seror, quand-to que l'est avouéc mè, on côse tojorn lo patouès. Quand ma soeur est avec moi, elle et moi parlons toujours le patois.
- Lou patouâ, vou l'éte ètèdu... - Touta ma vya! Quin zh'éva zheunou, lé vyo parlôvon patouâ, mon pézhe pi ma mézhe parlôvon fransé. [Conf.3/Pol.1]
- Lo patouès, vos l'éde entendu... - Tota ma via! Quand zh'éra joueno, lés vielys parlâvont patouès, mon pére pués ma mére parlâvont francês. - Le patois, vous l'avez entendu... - Toute ma vie! Quant j'étais jeune, les vieux parlaient patois, (mais) mon père et ma mère parlaient français.
Pi apré bin y a mon père qu'a intindu teri, pi quint il arevô in yô la - pan, pan, pan! Douze cou de grâsse. É bin lés Alman qu'iz on teryâ. [Dom.1]
Pués aprés ben y at on pére qu'at entendu terriér, pués quand il arrevâ en hiôt lé, pan, pan, pan! Doze côps de grâce. O ben lés Alemands que ils ont teriê. Puis après (= le 18 juin 1944), mon père a entendu tirer là en haut - pan, pan, pan! Douze coups de grâce. Ce sont bien les Allemands qui ont tiré.
Ma fa, cante vou voudrâ, vou revené, in! Vou revené pô dè l'evâ, apré, non? [Rom.1]
Ma fê, quand vos vodréd, vos revenéd, hen! Vos revenéd pas dens l'hivèrn, aprés, non? Ma foi, quand vous voudrez, vous revenez! Vous ne revenez pas (en Bresse) pendant l'hiver, après (votre voyage annuel en été), non?
Can-teu que t'a de la polye..., oh bin che t'ô fôta de polye... Al a bin ogmantô; la fissèle a venu p chère. [Rom.5]
Quand-to que t'âs de la palye..., oh ben se t'âs fôta de palye... El at ben ôgmantâ; la ficèla at venu ples chiera. Quand tu as de la paille (chez toi)..., et bien si tu as besoin de paille (c'est pratique)... (Car) Elle a bien augmenté. La ficelle (en particulier) a augmenté.
fribourgeois
kan
exemple
"L’è modâ a tyint’ àra? L’è rèvinyê kan? Cholè?" Le pouro dzouno povi rin fére chin ke l’ôtro le chatsichè. [Trey.1]
"L'est modâ a quint'hora? L'est revegnêt quand? Solèt?" Le pouvro joueno povêt ren fére sen que l'ôtro lo sachèsse. "À quelle heure est-il parti? Quand est-il revenu? Seul?" Le pauvre jeune ne pouvait rien faire sans que l’autre le sache.
valaisan
ou tin kyé
exemple
Ou tin kyé dzawe a mwën dóou four.a, fé oun "vyou bën" d'intra dr'oun trin bon tsa! [Sav.1]
U temps que gèle a muens doux fôra, fét un "vielyo ben" d'entrar ded'un tren bon chôd! Quand il gèle à moins deux dehors, ça fait du bien (un "vieux bien") d'entrer dans un train bien chauffé.
quand même
adv., conj.
ORB
quand mémo
tot-un
quand ben
adés
tot-pariér
non-ples
bressan
tyè méme
tyè mémou
can mème
con mème
can mémou
co mème
nonple
què mémou
quin méme
exemple
Môgrô tou che qu'on vin de dezhe, la vya, ye tyè méme byè fate. [St.Ét.2]
Mâlgrât tot cen qu'on vent de dére, la via, est quand mémo bien fâte. Malgré tout ce qu'on vient de dire, la vie est quand même bien faite.
On dormive byè tyè mémou. [Conf.1]
On dorméve bien quand mémo. On dormait bien quand même.
Y a can mème lé fan, u ma de jouan, mé lé fan é che fé tout a la mè. [Rom. 1]
Y at quand mémo lés fins, u mês de jouen, mas lés fins o sè fét tot a la man. Il y a quand même les foins, au moins de juin, mais les foins, ça se fait (se faisait) tout à la main.
- Din mon tin, lé zheunou, on leji deyë, lé garchon: "fô con mème alé a l'écula pasque vouz alé alé u réjimè. Fô con mème saouâ écrire." Y avë ya n'évolussyon. - É queminsive, oué. [Rom.2/St.Tri.]
- Dens mon temps, lés jouenos, on lés-y deyêt, lés garçons: "fôt quand méme alér a l'ècoula perce que vos aléd alér u règiment. Fôt quand méme savêr ècrire." Y avêt ya n'èvolucion. - O comencéve, oué. - De (dans) mon temps, les jeunes, on leur disait, les (aux) garçons: "il faut quand même aller à l'école parce que vous allez aller au régiment. Il faut quand même savoir écrire." Il y avait eu une évolution. - Ça commençait, oui.
Fô pô crore qu'on revi can on e mort. Zhe crayou rin du tou mé, fô can-mémou i penché on peu... [Mant.1]
Fôt pas crêre qu'on revit quand on est môrt. Je crèyo ren du tot mas, fôt quand mémo y pensér un pou... Il ne faut pas croire qu'on revit quand on est mort. Je ne crois rien du tout, mais il faut quand même y penser un peu...
Mon pére, il ave bin co mème d'instrucsyon. Can il ave étô prizonyé, il ave fé on livrou qu'ére deujamè byin fé! [Rom.5]
Mon pére, il avêt ben quand-mémo d'enstruccion. Quand il avêt étâ prisoniér, il avêt fét un livro qu'ére dôsament bien fét! Mon père avait quand même de l'instruction. Quand il était prisonnier, il avait fait un livre qui était rudement bien fait!
Voure, on devrè étre trètyilou p on ptë moumè. É n'y a pô nonple que lez élècsyon dè la vya! [St.Ét.2]
Vore, on devrêt étre tranquilo por un petit moment. O n'y at pas non-ples que les èlèccions dens la via! Maintenant (que ces élections sont passées), on devrait être tranquille pendant un petit moment. Il n'y a quand même pas que les élections dans la vie!
Zh'é dë: "què mémou, é fô mèzhyë ôte sheuze!" Zhe chouintiva qu'é me faye de vyanda. Apré zh'é pra na boutèye quemè sè. [St.Cyr1]
J'é dét: "quand mémo, o fôt mengiér ôtra chousa!" Je sentéva qu'o mè falyêt de vianda. Aprés j'é prês na botelye coment cen. J'ai dit: "quand même, il faudrait que je mange autre chose (pour reprendre des forces)!" Je sentais qu'il me fallait de la viande. Après j'ai pris une bouteille (de fortifiant) comme ça.
Quin lou lo avë vyu l'étinsèle qu'é faze, i ch'ave déverë. Il l'ave atrapô de l'ôtrou yan qu'i ave vizô. - Ah mé il l'ave tyô quin méme? - Il l'ave tyô, oua. [Dom.2]
Quand lo lôp avêt vyu l'ètincèla qu'o fesêt, il s'avêt dèveriê. Il l'avêt atrapô de l'ôtro fllanc qu'il avêt visâ. - Ah mas il l'avêt tuâ quand mémo? - Il l'avêt tuâ, ouè. Quand le loup avait vu l'étincelle que ça faisait (le fusil à pierre, avant que le coup parte), il s'était détourné. Il l'avait alors touché de l'autre côté que celui qu'il avait visé. - Mais il l'avait tué quand même? - Oui, il l'avait tué.
fribourgeois
kanbin
kan mimo
toparê
exemple
Kanbin di yâdzo on chè pyin dè nouthrè j’otoritâ, no dêvethrin ithre bin kontin dè nouthron chouâ. [Trey.1]
Quand ben des viâjos, on sè plent de noutres ôtôritâts, nos devrians étre content de noutron sôrt. Quand bien (même) parfois, nous nous plaignons de nos autorités, nous devrions être bien contents de notre sort.
L’i a kan mimo di «bounè dzin» ke van bayi di kour. [Trey.1]
Il y at quand mémo des bônes gens que vant balyér des cours. Il y a quand même de même de bonnes âmes (bonnes gens) qui vont donner des cours.
Chon fe l'a di gran pê, ma l'è toparê on vouêton! [All.1]
Son fily l'at des grants pêls, mas l'rdy tot-pariér un gâton! Son fils a des cheveux longs, mais c'est quand même un garçon !
valaisan
adéi
can mömó
exemple
Char.é dabò i "tin di cheryeje"; adéi n'ën pa tan w'ënprésyon vwi! [Sav.1]
Serat d'abôrd lo "temps des ceriéses", adés n'ens pas l'empression. Bientôt ce sera le "temps des cerises", même si on n'en a pas vraiment l'impression aujourd'hui!
Nó chin can mömó pa soupèrstichyou, ou kyé? [Sav.1]
Nos sens quand mémo pas supèrsticiox, ou que? Nous ne sommes pas superstitieux, n'est-ce pas?
quant à (au, aux)
prép.
ORB
quant a (u, ux)
por cen que l'en est
bressan
quèt a
exemple
Quèt a ma, lou ple pte, zh'a on avyon. [St.Ét.1]
Quant a mè, lo ples petit, j'é un avion. Quant à moi, le plus petit (de la fratrie), j'ai un avion (comme cadeau de Noël).
fribourgeois
po chèn ke n-èn-d-è
exemple
Po chèn ke n-èn-d-è dou "dahhú a kouårne" èvokå dèn la premîre ènpartyà dè chi tèkchto, l’è achurå oúnna tott-ôtra bîh‘e. [All.1]
Por cen que l'en est du "dahut a côrnes" èvocâ dens la premiére empartia de cél tèxto, l’est assurâ une tot ôtra bétye. Quant au “dahu à cornes” évoqué dans la première partie de ce texte, c'est assurément un tout autre animal.
quantité
n.
ORB
quantitât
bressan
quètitô
cantité*
exemple
Il avë lou drë de fère tan de cantité qu'i voulye. Falë byin la caché. [Rom.4]
Ils avênt lo drêt de fére tant de quantitât qu'ils volyênt. Falyêt bien la cachiér. Ils (les propriétaires d'alambic) avaient le droit de produire autant de quantité (d'alcool) qu'ils voulaient. (Mais s'ils voulaient en transporter, il y avait des restrictions.) Il fallait bien la cacher.
fribourgeois
kantitâ
nonbro
quantité (grande)
n.
ORB
redâye
fribourgeois
redâye
exemple
N'in d'a na redâye, tyè! [All.1]
Y en at na redâye, què! Il y en a une grande quantité, ma parole!
quarantaine
n.
ORB
quarantêna
bressan
cazhètinna
carintinna
quérintinna
exemple
La tyemene n'a pô touhou égzistô. Zhe crayou qu'éy e depi la Révolussyon. É deve y èn ava na carintinna de melye. [St.Ét.1]
Le comuna n'at pas tojorn ègzistâ. Je crèyo qu'oy est depués la Rèvolucion. O devêt y en avêr na quarantêna de mile. La commune (telle qu'on la connaît aujourd'hui) n'a pas toujours existé. Je crois qu'elle remonte à la Révolution (française). Il devait y en avoir (à l'époque) une quarantaine de mille.
È m'a dë, bin a parti d'ôzôrdi, ne cro, é ch'amélyore, coua, le condissyon... Donque ij iron pô fôta, normalemè, de fère la quérintinna. [Rom.1]
El m'at dét, ben a partir d'u jorn d'houé, je crê, o s'amèlyore, què, les condicions... Donc ils aront pas fôta, normalament, de fére la quarantêna. Elle m'a dit qu'à partir d'aujourd'hui, je crois, les conditions (pour voyager pendant la pandémie de COVID 19) s'améliorent... Donc normalement, ils n'auront pas besoin de faire une quarantaine (à leur arrivée).
fribourgeois
karantanna
quarante
adj. num.
ORB
quaranta
bressan
cazhèta [Conf.2]
carinta
carèta
quérèta [Rom.1]
carète
quèrèta
carunte
exemple
I m'é dë: "o, l'a cazhèta mile, é fô tou shèzhyë, lé pneu, lé plaquète..." Y ave pô fôta, alor zh'é dë: "tè pi!" [St.Cyr1]
Ils m'ant dét: "oh, el at quaranta mile, o fôt tot changiér, lés pneus, lés plaquètes..." Y avêt pas fôta, alor j'é dét: "tant pir!" Ils (les garagistes) m'ont dit: "elle a 40 000 (km au compteur), il faut tout changer, les pneus, les plaquettes (de frein)..." (Mais) Il n'y avait pas besoin, alors j'ai dit: "tant pis (je vais chercher un autre garage)!"
Pindin l'evar trinte-neu-carinta, zh'é pô étô a l'équeula, por lou travô. [Pol.1]
Pendent l'hivèrn, j'é pas étâ a l'ècoula, por lo travaly. Pendant l'hiver (19)39-(19)40, je ne suis pas allé à l'école, pour (faire) le travail (à la ferme en l'absence de mon père).
Tin qu'in dij-neuve-sè-carèta, la Franche vive a l'ore de chon méridyin, chotye de Grènuiche, l'ora "GMT". [St.Ét.2]
Tant qu'en diéx-nôf-cent-quaranta, la France vivêt a l'hora de son mèridien, cél-que de Grènouiche, l'hora GMT. Jusqu'en 1940, la France vivait à l'heure de son méridien (habituel), celui de Greenwich, l'heure GMT (avant de passer à l'heure de Berlin sous l'occupation).
On a vu l'évolussyon prèsque touta, le béte a couorne, lé shevô, pi apré on a fé lé tracteur, apré la gara de quérèta. Y a étô vitou, in! [St.Triv.]
On at vu l'évolucion présque tota, le bétyes a côrnes, lés chevâls, pués aprés on at fét lés tractors, aprés la guèrra de quaranta. Y a étâ vito, hen! On a vu presque toute l'évolution (dans le mode de traction des machines agricoles), les bêtes à cornes (et) les chevaux, puis les tracteurs, après la guerre de 1940. C'est allé vite!
É ne fô pô ébleyë que catrou-vin-di pe-sè de tyô évon de joumou de vin a carète è. [St.Ét.1]
O ne fôt pas oubleyér que quatro-vengt-diéx por cent de tuâs éront des homos de vengt a quaranta è. Il ne faut pas oublier que (pendant la Première Guerre mondiale), 90% des tués étaient des hommes âgés de 20 à 40 ans.
Douve, tro dé cô. Oh bin on avè pô du froumouzhou per nou. Oh non, on avè pô sè-quèrèta shyeuvre! [Rom.5]
Doves, três des côps. Oh ben on avêt pas du fromâjo por nos. Oh non, on avêt pas cent-quaranta chiévres! (Combien de chèvres aviez-vous?) Deux, parfois trois. On n'avait pas de fromage pour nous (le lait servait à allaiter les cabris). Non, on n'avait pas 140 chèvres!
Dij-ui-chin... Dij-ui-sin-carunte qu'on parlive dé lun, oncouer... [St.Jn1]
Diéx-huét-cent... Diéx-huét-cent-quranta, qu'on parléve des lôps oncour... C'est vers 1800... 1840 qu'on parlait encore des loups (avant que les derniers soient tués).
fribourgeois
karanta
exemple
Vo chédè ti ke din lè j’an karanta, l’avan rin di dzalêrè, le buro irè rancho in pou dè tin. [Trey.1]
Vos séde tués que dens les ans quarante, ils avant ren de geléres, lo burro ére ranço en pou de temps. Vous savez tous que dans les années quarante, il n’y avait pas de congélateur, le beurre était rance en peu de temps.
quarante-cinq
adj. num.
ORB
quaranta-cinq
quaranta-cinqs
bressan
carète-chan
cazhète-chin
carète-chin
carète-chonj
exemple
Juchtamè, ma feye al a fé pô mal de ressourse chu la guéra de carète-chan. Ityë, y ére pe môvé qu'à Roumené. [Rom.1]
Justament, ma felye el at fét pas mâl de rechèrche sur la guèrra de quaranta-cinq. Iqué, y ére ples môvés qu'a Romenê. Justement, ma fille a fait beaucoup de recherches sur le Guerre de (19)45. Ici (à Domsure), c'était (la situation) plus mauvais(e) qu'à Romenay.
Lui Amyô, qu'avë étô dirècteu de vinte-si a carète-chin. [St.Ét.2]
Louis Amiot, qu'avêt étâ dirèctor de vengt-siéx a quarante-cinq. Louis Amiot, qui avait été directeur de (19)26 à (19)50.
Lou métin, on bô de lâr, on bô de sôcisson, de le bertye..., pi on ptë canon! Y a deurô ptéte tinqu'à carète-chonj è, pi apré ch'a pôchô, tou d'on cô, y a pô u fôta de déteré. [Rom.5]
Lo matin, un bout de lârd, un bout de socesson, de les bèrques..., pués un petit canon! Y at durâ pôt-étre tant qu'a quarante-cinqs ans, pués aprés ç'at passâ, tot d'un côp, y at pas yu fôta de dètèrrar. (Avec mon beau-père) Le matin (il y avait) un bout de lard ou de saucisson, des tartines..., et un petit canon! Ça a duré environ jusqu'à ses 45 ans. Après, ça a passé tout d'un coup, (il ne voulait plus d'alcool le matin); on n'a pas eu à déterrer (revenir sur le sujet).
quarante-deux
adj. num.
ORB
quaranta-doux
bressan
cazhète-deu
carèta-deu
carète-deu
exemple
Ét è dij-ouë-sè-carèta-deu que le devin la Grè-Margô. [St.Ét.1]
Est en diéx-huét-cent-quaranta-doux que ele devint la Grant-Margôt. C'est en 1842 qu'elle (la fête des vendanges de Ceyzériat) devient la Grand-Margô.
Mon frére a étô a l'écule è chabouâ, i nyè è trète-tro. Ma cherô, que nyè è carète-deu, èl a pô étô a l'écule è chabouâ. [Rom.1]
Mon frére at étâ a l'ècoula en sabôts, il nâ en trenta-três. Ma seror, que nâ en quaranta-doux, el at pas étâ a l'ècoula en sabôts. Mon frère allait (encore) à l'école en sabots, il est né en 1933. (Mais) Ma sœur, qui est née en 1942, n'est jamais allée à l'école en sabots.
quarante-et-un
adj. num.
ORB
quaranta-yon
bressan
carèta-yan
cazhète-yon
carète-yon
exemple
É faye bien mézi de tou. On mèzive bin che qu'on ômive pi che qu'on ômive pô. N'èn a pô vramè choufri, mé men oumou, i né è carèta-yan. É pô lou mémou truc, in! [Rom.1]
O falêt bien mengiér de tot. On mengiéve ben che qu'on améve et pués ce qu'on améve pas. J'en é pas verément sofri, mas mon homo, il nâ en quaranta-yon. Est pas lo mémo truc! Il fallait bien manger de tout (à la maison). On mangeait ce qu'on aimait comme ce qu'on aimait pas. Je n'en ai pas vraiment souffert (de la guerre), mais mon mari était né en 1941. Ce n'est pas la même chose.
Éy e lou maréchal Pétin qu'a instalô ofissyalamè lou premi mè quemè féta du travô. Y éve pèdè la gare, lou vinte-catrou avri diz-neu-sè-carète-yon. [St.Ét.1]
Oy est lo marechâl Pèten qu'at enstalâ oficièlament lo premiér mê coment féta du travâly. Y ére pendent la guèrra, lo vengt-quatro avril diéx-nôf-cent-quaranta-yon. C'est le maréchal Pétain qui a instauré officiellement le 1er mai comme fête du travail. C'était pendant la guerre, le 24 avril 1941.
quarante-huit
adj. num.
ORB
quaranta-huét
bressan
cazhète-ouë [Conf.1]
carète-ouë
exemple
Pi il ave dë on cô a ma grant... I diz "a tyô on lô!"...; dij-ouë-sè-carète-ouë. [Rom.6]
Pués il avêt dét un côp a ma grant... Il desêt "at tuâ un lop!"...; diéx-huét-cent-quaranta-huét. Et il (l'homme qui avait entendu parler du loup) avait dit une fois à ma grand-mère... "il a tué un loup"... (cette histoire de loup remonte à) 1848.
quarante-neuf
adj. num.
ORB
quaranta-nôf
quarant'-et-nôf
bressan
cazhète-neu [Conf.1]
cazhète-neuy
cahète-neu
exemple
Cazhète-neu... Pi ma fena pazhë. - Vouj éte pô counyo la gara... - Non. - Heureusamè! [Vir1/Conf.3/Vir2]
Quaranta-nôf... Pués ma fèna parèly. - Vos éde pas cognu la guèrra... - Non. - Herosament... (Je suis de 19)49... Et ma femme aussi. - Vous n'avez pas connu la guerre (de 1939-45)... - Non. - Heureusement!
Fa cazhète-neuy è que fé sètye. Lou bedin, y èn a que beton de ri, mé ma é touzhou betô de semoule; de lé, de crinma, on peu dez épinâ, pi vtyâ! [Att.1]
Fât quaranta-nôf ans que fé cen-que. Lo bodin, y en at que betont de riz, mas mè, é tojorn betâ de semôla; de lat, de crâma, un pou des èpenârds, pués vê-què. Ça fait 49 ans que je fais ça (de la charcuterie après avoir tué le cochon). Le boudin, il y en a qui mettent du riz (dedans), mais moi, j'ai toujours mis de la semoule; (avec) du lait, de la crème, un peu d'épinards, et voilà!
Cahète-neu... L'a mon té, oua. Ch'èn e byè vyo, in. L'a byè ayo de..., byè étô ènouyâ, in. Chouvè! Y a pô étô dreulou pe yela, in... [St.Cyr1]
Quanrant-nôf... El a mon temps, ouè. S'en est bien vyu, hen. El at bien ayu de... bien étâ ennoyê, hen. Sovent! Y at pas étâ drôlo per yela, hen... (Comme moi, Véronique Sanson est de 19)49... Elle a mon âge. Elle a eu bien des difficultés dans la vie. Elle a eu beaucoup de... d'ennuis. Souvent! Ça n'a pas toujours été drôle pour elle...
fribourgeois
karant' è nà
exemple
Kemin l'a de l'èkrivin Jèvié din “La sagesse paysanne” (a la pâdze karant' è nà): « Chin l'è bin rin fô! » [All.1]
Coment l'at dét l'ècriven Xaviér dens "La sagesse paysanne" (a la page quarant'-et-nôf): "Cen l'est ben ren fôs!"Comme l'a dit l'écrivain Jèvié (Xavier) dans “La sagesse paysanne” (p. 49): « Voilà qui est vraiment bien fait ! » (litt. “Cela est bien rien faux!”)
quarante-quatre
adj. num.
ORB
quaranta-quatro
bressan
cazhète-catrou
carète-catrou
carète-cate
carète-catre
exemple
I chon bin venu a Crô. L'on pô réchtô vé nou. L'on bin (r)in que pôchô. Què i ch'n'alôvon. Què l'on arevô, pi què i ch'chon èn alô, apré. In cazhète-catrou qu'i son parti. [Cras2]
Ils sont ben venus a Crâs. Ils ont pas réstâ vèrs nos. Ils ont ben ren que passâ. Quand ils s'èn alâvont. Quand ils ont arevâ pués quand ils sè sont en alâs, aprés. En quaranta-quatro qu'ils sont partis. Ils (Les Allemands) sont bien venus à Cras(-sur-Reyssouze pendant la guerre). (Mais) Chez nous, ils ne sont pas restés. Ils n'ont fait que passer. Quand ils s'en allaient. Quand ils sont arrivés et quand ils se sont en allés, après. C'est en (19)44 qu'ils sont partis.
Men oumou zourdi,é bin il e a la comémorassyon du dij-ouë jouan dij-nu-chè-carète-catrou, pasque y a u dé fuziyô a on quilomète. [Rom.1]
Mon homo jorn d'hué, et ben il est a la comèmoracion du diéx-huét jouen diéx-nôf-cent-quaranta-quatro, perce-que y at yu des fuselyâs, a un kilomètro. Aujourd'hui, mon mari est à la commémoration du 18 juin 1944, parce qu'il y a eu (ce jour-là) des (hommes) fusillés (par les Allemands), à un kilomètre.
Jamé étô militère! Zh'a pochô lou consèye tro cô. Douve classe, la carète-chan pi la carète-cate. Y on pouan fé de chôdâ. Y ave pouan de cheu - é pouo de voure... [Rom.5]
Jamés étâ militèro! J'é passâ lo consely três côps. Doves classes, la quaranta-cinq pués la quaranta-quatro. Y ont pouent fét de sôdard. Y avêt pouent de sous - o pas de vore... (Je n'ai) Jamais été militaire! J'ai passé le conseil (de révision) 3 fois. Il y a 2 classes (d'âge), la (19)45 et la 44 (qui ont été exemptées d'armée). Elles n'ont pas fourni de soldats. Il n'y avait pas d'argent - ce n'est pas d'aujourd'hui (que l'État en manque)...
Mon pére ére zhya pô mé zheunou. I m'ave yu l'avë ché pô canbin..., carète-catre è... [Rom.5]
Mon pére ére jà pas més joueno. Il m'avêt yu il avêt sé pas comben..., quaranta-quatro ans... Mon père n'était déjà plus tout jeune. Il m'avait eu quand il avait je ne sais plus quel âge..., 44 ans...
quarante-sept
ORB
quaranta-sèpt
bressan
cazhète-sè
cazhète-chè
exemple
In cazhète-chè, i nouz on rapelô preca y ave le gréve a Pazhi. [Cras2]
En quaranta-sèpt, ils nos ont rapelâ per-què y avêt les grèves a Paris.En (19)47, ils nous rappelés (pour retourner au service miliaire) parce qu'il y avait les grèves à Paris.
quarante-six
adj. num.
ORB
quaranta-siéx
bressan
carète-chi
cazhète-si
carète-si
exemple
N'a chouassante-é-onze è. Ne chi né è carète-chi. [Rom.1]
J'é souessante-et-onze ans. Je su nâ en quaranta-siéx. J'ai 71 ans. Je suis née en (19)46.
Éy e Jule Sézar è carète-si avè Jézu-Cri qu'a fa on nouvô calandriyé. Lou premi janvyé reprezète alor lou Zhou de l'é. [St.Ét.1]
Oy est Jules Cèsar en quaranta-siéx avant Jèsus-Crist qu'at fât un nouvél calendriyér. Lo premiér janviér represente alor lo Jorn de l'an. C'est Jules César en 46 av. J.C. qui a mis en place un nouveau calendrier. Le 1er janvier représente alors le Jour de l'an.
quarante-trois
ORB
quaranta-três
bressan
cazhète-tra
Page 1 de 5Page suivante