Département de littératures et de langues du monde
Dictionnaire Français/Francoprovençal
Français
A
assurance
n.
ORB
assiurence
assurence
aplomb
bressan
assuzhanche
fribourgeois
achuranthe
rachura
assurer (s')
v.
ORB
assurar (s')
assuriér (s')
bressan
assuryë (ch')
exemple
Què choulazhemè pe lou patron de plache de chavâ que lou pan ét assuryâ pe l'ènô. [St.-Ét. 3]
Quint solajament por lo patron de place de savêr que lo pan est assuryê por l'anâ. Quel soulgement pour le patron d'une ferme de savoir que le pain est assuré pour l'année.
fribourgeois
achurâ
valaisan
achwerye (ch')
exemple
Déan kyé terye, l'è tòrdzó bon dé ch' achwerye kyé l'a nyoun der.i ó bóchon.
Dèvant que teriér, 'l est tojorn bon de s'assuériér que l'at nion derriér lo bosson. [Avant de tirer, il est toujours bon de s'assurer qu'il n'y a personne derrière le buisson.]
assureur
n.
bressan
assuryo
asticot
n.
bressan
poujon
fribourgeois
achtikô
atelier
n.
ORB
ateliér
fribourgeois
ateyé
atout
n.
ORB
atot
tronfo
bressan
atou
exemple
On brache léj atou chouvin tin qu'a l'arba du zhou. [Pol.1]
On brace lés atots sovent tant qu'ârba du jorn. On brasse les atouts souvent jusqu'à l'aube. (chanson sur l'air de "Cadet Rousselle")
fribourgeois
ato
valaisan
atou
atrocité
n.
bressan
atrossitô
atrophier
v.
bressan
éstrepeyë
attabler (s')
v.
ORB
atrablar (s')
bressan
atrôblô (ch')
exemple
Lou téléfoune choune touzhou quèt on vin de ch'atrôblô. [Conf.3]
Lo tèlèfone sone tojorn quand on vint de s'atrablar. Le téléphone sonne toujours quand on vient de passer à table.
fribourgeois
atrabyâ (ch')
attacher (s')
v.
ORB
atachiér (s')
bressan
atashyë (ch')
atashë (ch')
exemple
L'evâr on tuve lou cayon. On quemèsse pe li atashyë le catrou lyape, pe lou verchô pe lou lyon, pe pouvouâ lou sényë. [Conf.2]
L'hivèrn, on tue lo cayon. On comence per lui atachiér les quatro fllapes, por lo vèrsar per lo fllanc, por povêr lo sagnér. L'hiver, on tue le cochon. On commence par lui attacher les 4 pattes, pour (ensuite) le pencher (verser) sur le côté, pour pouvoir le saigner.
A shôque shavon on mete on gabelyon, atashâ avou'on nyo. [St.-Ét.3]
A châque chavon on mete on gabelyon, atachiê avouéc on nuod. A chaque bout on met un morceau de bois attaché avec un nœud.
attaque
n.
ORB
ataca
bressan
ataca
ataque
exemple
"S'éfelô", y éve se cachô le rin. Lej ataque, y éve de "co de chon". [Conf.1]
"S'èfelar", o ére sè cassar les ren. Les ataques, o ére de "côps de sang". (Parmi les expressions évoquant de brusques problèmes de santé) S'"éfiler", c'était se casser les reins. Les attaques (cardio-vasculaires), c'était des "coups de sang".
attaquer
v.
ORB
atacar
bressan
atacô
exemple
On ataque lou mayâ de blô pi de chelya. On équeura tin qu'a grè-midi. [St.-Ét. 3]
On ataque lo meyâ de blât pués de sèglla. On ècorrat tant qu'a grant-midi. On ataque (commence avec) la meule de blé et de seigle. On battra jusqu'à grand-midi.
fribourgeois
atakâ
atteindre
v.
ORB
attindre
fribourgeois
abètchi
avintâ
agrètyi
adyindre
valaisan
atindre
atteint (-e) de la nielle
adj.
bressan
enyelô
exemple
É l'ènô que lou blô éve enyelô.
C'est l'année où le blé était atteint de la nielle.
attelage
n.
ORB
atelâjo
aplê
bressan
atelazhou
aplâ
exemple
Y avë la shonbra du four, qu'on fazë lou pon, lou guerni; y avë le gronzhe a fin, pi le gronzhe a aplâ. [Conf.2]
Y avêt la chambra du forn, qu'on fasêt lo pan, lo greniér; y avêt les granges a fen, pués les granges a aplês. (A l'extérieur de l'habitation) Il y avait le fournil, où on faisait le pain; il y avait les granges à foin et les granges à attelages.
fribourgeois
apyê
atteler
v.
ORB
apleyér
attèlar
bressan
aplayë
exemple
Què l'on ètèdu cournô, lou patron pi lou vôlë on aplayâ lé deuz ôt' bouë. [St.-Ét. 3]
Quand l'ont entendu cornar, lo patron pués lo vâlèt ont apleyê lés doux ôtros buefs. Quand ils ont entendu corner, le patron et le valet ont attelé les deux autres bœufs.
fribourgeois
apyèyi
attenant (-e)
adj.
ORB
ategnent (-a)
bressan
atenè
fribourgeois
atinyin
attendre (s')
v.
ORB
atendre (s')
bressan
atèdre (ch')
atindre (ch')
exemple
Zhe si sur que sé que nouz écuton atèdon on pte contou de Nouyé. [St.Ét.2]
Je suis sûr que ceux qui nous écoutent attendent un petit conte de Noël.
fribourgeois
atindre (ch')
exemple
No chin pâ mé din le tin yô fayi ch’atindre a ouna roulâye che le réjan no j’avê prê a dèvejâ in patê.
Nos sens pas més dens le temps yô falét s'atendre a une roulâye sé le règent nos avêt prês a devesar en patês. Nous ne sommes plus à l'époque où il fallait s'attendre à une punition si l'instituteur nous avais pris à parler en patois.
valaisan
atindre
exemple
Fóou ky'atinjé wéi.
Fôt qu'atense lé. [Il faut qu'il attende là.]
attendre un enfant
v.
bressan
poupounô
attendrir
v.
ORB
atendrir
bressan
retindri
fribourgeois
akokalâ
atindri