Département de littératures et de langues du monde
Dictionnaire Français/Francoprovençal
Français
A
automne
n.
ORB
ôton
ôtone
fin d'anâ
bressan
fin d'ènô
exemple
La fin d'ènô, on chene lou blô: on quemèsse a labouzhô, a batre, pi on chene lou blô, é pi rabatre apré. [Conf.2]
La fin d'anâ, on sene lo blât: on comence a laborar, a batre, pués on sene lo blât, et pués rabatre après. À l'automne, on sème le blé: on commence à labourer, à battre (la terre), puis on sème le blé, et (on doit) rabattre (la terre) après.
fribourgeois
outon
exemple
È l’outon, lè j’armayi portâvan bâ, kemin i dejan adon, lè kondiihyon: du fre è dou buro. Prà dè buro!
En l'ôton, les armalyérs portâvant bâs, coment ils desant adonc, les condicions: du fruit et du burro, prod de burro! En automne les armaillis, quand ils descendaient des montages, apportaient les "conditions", comme on disait alors: du fromage et du beurre. Beaucoup de beurre!
valaisan
outon
exemple
W'outon l'é wéi!
L'ôton l'est lé! L'automne est là!
autorité
ORB
ôtôritât
bressan
ôtôritô
fribourgeois
otoritâ
exemple
Kanbin di yâdzo on chè pyin dè nouthrè j’otoritâ, no dêvethrin ithre bin kontin dè nouthron chouâ
Quand ben des viâjos, on sè plent de noutres ôtôritâts, nos devrians étre content de noutron sôrt. Quand bien (même) parfois, nous nous plaignons de nos autorités, nous devrions être bien contents de notre sort.
autour
adv., prép
ORB
u tôrn
alentôrn
entôrn (a l')
lentôrn
bressan
alatou
latou
latour
d'enveron
exemple
Tout alatou, me barire, mon mur, i m'a fé na pinture nouvala. [Mant.1]
Tout autour (mes barrières, mon mur), il a mis une nouvelle peinture.
La dimèshe, le betôve tui chéj eur latou du co. [Conf.3]
La demenge, el betâve tués ses ors lentôrn du côl. Le dimanche, elle mettait tous des bijoux (en or) autour du cou.
I chôton lou rigueudon. É na brava binda latour du lyôti. [Pol.1]
Ils sôtont lou rigôdon. Est na brâva banda lentôrn du cllâtiér. Ils dansent (sautent) le rigodon. C'est une belle bande, autour du clarinettiste.
fribourgeois
intoua (a l')
outoua
daveron
dèveron
exemple
Ora, kan on vê kemin la vela dè Bulo è lè velâdzo outouâ l’an agrochi, on pou chè dre ke lè dzouno rètràvon dou travô in Grevîre.
Ora, quand on vêt coment la vela de Bulo et les velâjos u tôrn l'ant agrossi, on pôt sè dere que les jouenos retrôvont du travaly en Gruviére. Maintenant, quand on voit comment la ville de Bulle et les villages alentours ont pris de l’ampleur, on peut se dire que les jeunes retrouvent du travail en Gruyère.
autre
adj.
ORB
ôtro (-a)
bressan
ôtrou [m.]
ôtre [f. pl.]
ôtra [f.]
exemple
Zh'an a oncoure n'ôtrou, que zhe vayou prèsque jamé, qu'abite louin ari. [Mant.1]
J'en ai encore un autre (de petit-fils), que je ne vois presque jamais, qui habite loin lui aussi.
Y avë dé mouajon qu'on ére byin ressu, pi d'ôtre, pasque on teurnive la fissala chur tou, i conpri a trôbla: conta po qu'zh'va alé la, pasqu'éy e na mouajon rouzhe. [St.Tri.]
Y avêt des mêsons qu'on ére bien reçu, pués d'ôtres, perce qu'on tornéve la ficèla sur tot, y comprês a trâbla: compta pas qu'j'vâ alér lé, perce qu'oy est na mêson roje. (Concernant les conditions de travail) Il y avait des maisons (fermes) où on était bien reçu, et d'autres, parce qu'on "tournait la ficelle" (?) sur tout, y compris à table (pour lesquelles on disait): ne compte pas que j'aille là-bas, parce que c'est une "maison rouge" (où les conditions sont dures).
Le fèrme quemouin qu'te di, qu'érè "mojon rouzhe", y èn ave tré peu. - Vé nou y avë de plasse, lou patron, cha fena pi lé gamin manzhivon a na trôbla, pi lé vôlë a l'ôtra. - Pô a Roumené... [Rom.2/St.Tri.]
Les fèrmes coment que te dis, qu'érênt "mêsons roges", y en avêt trés pou. - Vèrs nos y avêt de places, lo patron, sa fèna pués lés gamins mengiévont a na trâbla, pués les vâlèts a l'ôtra. - Pas a Romenê... Les fermes comme celles dont tu parles, qui étaient "maisons rouges" (avec de mauvaises conditions de travail), il y en avait très peu. - Chez nous il y avait des fermes (où) le patron, sa femme et les gamins mangeaient à une table et les valets à l'autre. - Pas à Romenay...
fribourgeois
ôtro
valaisan
âtro
exemple
Tόtin apréi tapa chou ό deoun! Fόou aréta! Cόmin che é j'âtrό dzò chechon fran i camëntran dé Rio! [Sav.1]
Tot lo temps aprés tapar sur lo delun! Fôt arrètar! Coment se les ôtros jorns seyéssant franc le careme-entrant de Rio! Toujours en train de taper sur le lundi! Il faut arrêter! Comme si les autres jours étaient comme le carnaval de Rio!
autrefois
adv.
ORB
ôtro coup
dens le temps
bressan
adon
dè lou tin
dè lou té
exemple
Mé é ne fô pô ébleyë que lou Revermon èn a étô couar dè lou tin.
Mais il ne faut pas oublier que le Revermont en a été couvert [de vigne] autrefois [dans le temps].
fribourgeois
antan
din le tin
on yâdzo
ôtrafê
outan
yâdzo (on)
autrement
adv.
ORB
ôtrament
'trament
bressan
ôtramè
ôtreman
ôtremin
tramè
exemple
Va froumô la barizhe, ôtramé lou shin va ch'ècouzhi. (St.Cyr1]
Va fermer la barrière, sinon le chien va se sauver.
Y an demeure ple qu'yon, pi i byin maladou, ôtreman, é demeure de felye. [Man.1]
Il n'en reste plus qu'un (parmi mes frères) et il est très malade. Sinon, il reste de filles (parmi mes sœurs).
Davi dé vazin que parlion patouâ bin on parle patouâ, mé ôtremin... Pi davi té gran vou côjié pô lou patouâ non? Non, pi a l'équeula, y ére pô recomindô. É faye pô ét pri, in. [Dom.1/Rom.1]
D'avouéc des vesins que parliont patouès, ben on parlêt patouâ, mas ôtrament... Pués d'avouéc tés grants, vos côsiéd pas lo patouès, non? Non, pués a l'ècoula, y ére pas rècomendâ. O falyêt pas étre prês, hen. Avec des voisins qui parlaient patois, on parlait patois. Et avec tes grands-parents, vous ne parliez pas le patois? Non, et à l'école, ce n'était pas recommandé. Il ne fallait pas être pris.
É fô é crevi, tramè... Mé y a pô byè zhelô chte yè oncouzhe, pe lou moumè. Y a rin que zhelô u mouâ de novanb, què y a zhelô on peu, deu co mouin di. [Cras2]
O fôt o crevir, 'trament... Mas y at pas bien gelâ, ceti an, por lo moment. Y at ren que gelâ u mês de novembre, quand y at gelâ un peu, doux côps muens diéx. Il faut couvrir ça (les légumes dans le jardin), autrement... (ça risque de geler). Mais il n'a pas encore beaucoup gelé cette année, pour le moment. Il a seulement gelé au mois de novembre, quand il a gelé un peu, deux fois moins dix.
fribourgeois
ôtramin
valaisan
atramin
exemple
N'ën ina, atramin var.i ba eó.
Nens en hôt, ôtrament varé bas yo. Monte, sinon c'est moi qui descendrai.
aux
art. contr
ORB
a les
ux
ès
bressan
é (m.)
a le (f.)
exemple
Diz-i é gachon pi a le felye. I fô metre tou lou mondou u couzhè. [St.Cyr]
Dis-le aux garçons et aux filles. Il faut mettre tout le monde au courant.
fribourgeois
i
exemple
A kotyè pi, din oun’adzèta, le nirchon chè lètsè lè potè in chondzin i lordè lemachè.
À quârques pieds, dens un' hagèta, le n'héresson chè leche les potes en songient ux lôrdes lemaces. A quelques pieds, dans une petite haie, le hérisson se lèche les babines en songeant aux grosses limaces.
avachi (-e)
adj.
bressan
avashi
avaler
v.
ORB
avalar
gollar
bressan
avalô
fribourgeois
avalâ
indzeri
avaler (en faisant des efforts)
v.
bressan
gourzhayë
avaloire
n.
bressan
avalouar
fribourgeois
kropêre
rakoulêre
rèkoulêre
avance
n.
ORB
avanço
avance
bressan
avèchou
avèche 
avanchou
exemple
Chl ènô, le vèdèzhe évon èn avèche. [St.Ét.2]
Cette année, les vendanges étaient en avance.
On avë na panchyon mé falyë la balyë éj ouvri pe fère lou domène, alor ére pô byin an avanchou. [Mant.1]
On avait une pension, mais il fallait la donner aux ouvriers pour s'occuper de la ferme, alors ça ne nous avançait pas à grand-chose (ce n'était pas très en avance).
valaisan
avansó
exemple
Vwi n'ën fé oun bo-n-avansó. [Sav.1]
Hué n'ens fét un bon avanço. Aujourd'hui nous avons bien avancé (dans notre travail).
avancer
v.
ORB
avanciér
bressan
avèssi
avèchë 
avanchë
exemple
- Il lé reprenye, pasqu'é terive. - Pasqu'é terive! - On peu pa toujour avansé. - An charu ôssi, on peu pa toujour avèssi. - Devan la gara, y avë pa de tracteur, in! [St.Tri./Rom.2]
- Ils lés repregnênt perce qu'o teriéve. - Perce qu'o teriéve! - On pôt pas tojorn avanciér. - En charrue assé, on pôt pas tojorn avanciér. - Devant la guèrra, il y avêt pas de tractors, hen! - Ils les reprenaient (les bœufs au lieu du tracteur, pour la faucheuse), parce que ça tirait (bien). - Parce que ça tirait! - On ne peut pas toujours avancer. - En (Sur la) charrue aussi, on ne peut pas toujours avancer. - Avant la guerre (de 1939-45), il n'y avait pas de tracteurs.
Y a mé avanchia è cinconte è qu'è deu-mile è. A sla vitèsse, fôdrë reculé... [St.Triv.]
Y at més avanciê en cinquant' ans qu'en doux-mile ans. A cela vitèsse, fôdrêt reculér... (En matière de techniques d'agriculture) Ça a (Les choses ont) plus avancé en 50 ans qu'en 2000 ans. À cette vitesse, il faudrait reculer...
fribourgeois
avanhyi
tsèvanhyi
avancer efficacement dans son travail
v.
bressan
évèzhyë
avancer lentement dans son travail
v.
bressan
shevelyounô
avant
prép.
ORB
avant
devant
bressan
avè
devan
avin
devon
exemple
Mé avè sètye, zhe si su que sé que nouz écuton atèdon on pte contou de Nouyé. [St.Ét.2]
Mas avant cen-qué, je su sûr que céls que nos acutont atendont on petit conto. Mais avant ça, je suis sûr que ceux qui nous écoutent attendent un petit conte de Noël.
Vint è devan ma, é chayive u da, anfin trète è devan ma. [Rom.1]
Vengt ans devant mè, o seyéve u dâly, enfin trenta ans devant mè. Vingt ans avant moi, les gens (ça) fauchaient à la faux, enfin trente ans avant moi.
Avin de moudô, zhe balyou on co de ron a la quezena. [Pol.1]
Avant de modar, je balyo un côp de ram a la cusena. Avant de partir, je balaie (donne un coup de balai à) la cuisine.
- Zh'a toujour counyu le fôcheuze. - Oh bin le premire fôcheuze al sont arevé davoui lou syècle a peu pré, vé nou. - Oué, peut-étrou. - É devon nou, sè. - An dij-neu-san-deu, -tra..., mémou devan. [St.Triv.]
- J'é tojorn cognu les fôchoses. - Oh ben les premiéres fôchoses, els sont arevê d'avouéc lo sièclle a pou prés, vèrs nos. - Oué, pôt-étre. É devant nou, cen. - En diéx-nôf-cent-doux, -três..., mémo devant. - J'ai toujours connu les faucheuses. - Oh les premières faucheuses (elles) sont arrivées chez nous à peu près avec le (20e) siècle. - Oui, peut-être. C'était avant nous ça. - En 1902, 1903, même avant.
fribourgeois
èvan
valaisan
déean
exemple
Chéi prou kyé l'é pa tan bon dé féita déean oun nivèrdzér.ó, mas l'est chin kyé n'ën fé! [Sav.1]
Sè prôd que l'est pas tant bon de fétar devant un annivèrséro, mas l'é cen que n'ens fêt! Je sais bien qu'on n'est pas censé fête un anniversaire avant la date, mais c'est ce que nous avons fait!
avant de
conj.
ORB
avant de
devant de
devant que
bressan
avè de
devan de
exemple
É falive bagô tui lé poulë avè de lé vèdre.
Il fallait baguer tous les poulets avant de les vendre.
Fayë dézhyâ trère le vashe devan d'alé à l'équeula.
Il fallait déjà traire les vaches avant d'aller à l'école.
fribourgeois
dèvan
èvan
valaisan
déan kyé
exemple
Déan kyé terye, l'è tòrdzó bon dé ch' achwerye kyé l'a nyoun der.i ó bóchon.
Dèvant que teriér, 'l est tojorn bon de s'assuériér que l'at nion derriér lo bosson. [Avant de tirer, il est toujours bon de s'assurer qu'il n'y a personne derrière le buisson.]
avant-dernier (-ère)
adj.
ORB
avant-dèrriér (-e)
bressan
avè-deri (-zhe)
fribourgeois
avan-dêrê
avant-hier
adv.
ORB
avant-hièr
devant-hiér
bressan
avèt-ye
avèt-ya
devèt-ye
exemple
Avèt-ya, zhe si alô u marché a Pon-de-Vala. [St.Cyr.1]
Avant-hièr, je sus alâ u marchiê a Pont-de-Vêla. Avant-hier, je suis allé au marché à Pont-de-Veyle.
fribourgeois
dèvan-yê
valaisan
déean-yè
exemple
L'è enou déean-yè é réistéré tankyé apréi-déman.
L'est venu devant-hièr et resteré tant que après-dèman. Il est venu avant-hier et il restera jusqu'après-demain.
avant-toit
n.
ORB
étro
étra
avant-têt
platon
bressan
étrou
étra
avè-ta
exemple
Lou vôlë pi lou vashi avon cheurti on sha chou l'étra, i l'ont tezhâ avé lou queblou, è travâ, pe que la palye dérouzhe dessu. [St.-Ét.3]
Lo vâlèt pués lo vachiér avont sorti on char sot l'étra. Ils l'ont teriê avouéc lou queblo, en travèrs, por que la palye dèroge desot. Le valet et le berger ont sorti un char sous l'avant-toit. Ils l'ont tiré et rapproché de la vaneuse, (l'ont placé) en travers, pour que la paille puisse tomber dessus.
Preni lou tonbazhé chou l'avè-ta. [St.-Ét. 3]
Prenéd lo tomberél sot l'avant-têt. Prenez le tomberau sous l'avant-toit.
fribourgeois
rakru
rèkruva
tsapeti
têtè