Département de littératures et de langues du monde
Dictionnaire Français/Francoprovençal
Français
E
estropié (-e)
adj.
ORB
estropiâ
bressan
éstrepeyâ
fribourgeois
èchtroupyâ
mèfê
estropier
v.
ORB
èstropiar
bressan
éstrepeyë
fribourgeois
dèpouèrâ
èchtroupyâ
et
conj.
ORB
et
pués
et pués
bressan
é
pi
é pi
exemple
Ma, lou côjiva davi mé pére, é li i l'a jamé côjô davi ché pére. I l'a côjô davi dé vojin. [Rom.1]
Mè, lo côséva d'avouéc més péres, et lui, il l'at jamés côsâ d'avouéc sés péres. Il l'at côsâ d'avouéc des vesins. Moi, je le parlais (le patois) avec mes parents, et lui, il ne l'a jamais parlé avec ses parents. Il le parlait avec des voisins.
La téta pi lé pyë, éy e pe lou sevi. [Cras1]
La téta pués lés pieds, oy est por lo cevèt. La tête (de cochon) et les pieds, c'est pour le civier.
Mémou lé boué i charvon. I charvon a fozhe le sôssisse é pi lé bedin. [Conf.2]
Mémo lés bouéls ils sèrvont. Ils sèrvont a fâre les socesses et pués lés bodins. Même les boyaux (du cochon) servent. Ils servent à faire les saucisses et les boudins.
fribourgeois
è
pu
è pu
è pè
èputhè
exemple
Irè l’okajyon dè chè règalâ, pu dè kortijâ. [Trey.1]
Ére l'ocasion de sè regalar, pués de cortisar. C’était l’occasion de se régaler, et de courtiser.
Tous dialectes (exemples littéraires)
apë
exemple
"Teins! Alle s'a endremia." Apë y'est quëmá çan que j'ai cognu le pëthiòt prince. [BR(Sagy)-St.Ex.1]
Tins! El s'at endremia." Et pués y est coment cen que j'é cognu le petiôt prince. "Tiens, elle (la brebis/le mouton) s'est endormie." Et c'est comme ça que j'ai connu le petit prince.
étable
n.
ORB
ètrâbla
bouél
ècurie
buge
bujon
bressan
équezhi
équeri
buzhe
buzhon
exemple
Què y éve on bin, y évet a l'équerie, bin sûr, dé on grè baqué. [Conf.1]
Quand o ére un ban, o éret a l'ècurie, ben sûr, dens un grant baquèt. Quand c'était un bain (plutôt qu'une toilette à l'évier), c'était à l'étable, bien sûr, dans un grand baquet.
Latou du sha chu douve fache, l'on metô de peurte de buzhe. [St.Ét.3]
Latôrn du char sur doves faces, l'ont metâ de pôrtes de buge. Autour du char, sur deux faces, ils ont mis des portes d'étable.
Y avë l'équezhi pe lé shevô, la buzhe pe le greusse bète (le vashe pi lé bouë), lé buzhon pe lé vé, le chou pe lé cayon, lé poulalyi... [Conf.2]
Y avêt l'ècurie por lés chevâls, la buge por les grôsses bétyes (les vaches pués lés buefs), lés bujons por lés véls, les soues por lés cayons, lés polalyiérs... (Pour les animaux) Il y avait l'écurie pour les chevaux, l'étable pour les grosses bêtes (les vaches et les bœufs), les petites étables pour les veaux, les soues pour les cochons, les poulaillers...
fribourgeois
bouata
bouèta
buyèta
chotsèta
èthrabyè
établir (s')
v.
ORB
enstalar (s')
bressan
établi (ch')
fribourgeois
fikchâ (chè)
étage
n.
ORB
étâjo
fribourgeois
ètâdzo
étagère
n.
ORB
estajère
trablâ
fribourgeois
ètadjire
tolâ
trabyâ
étagère à pain
n.
ORB
panatiér (-e)
bressan
tourti
étai
n.
ORB
ètampa
bressan
étèpa
bega
fribourgeois
kota
palantse
tsanba
tsandêla
étalage
n.
bressan
étalazhou
fribourgeois
ètalâdzo
èvantêro
étaler (s')
v.
ORB
étâlar (s')
bressan
étalô (ch')
exemple
On fa de beu azhi dé le ripe. On coupe dej abrou, pi de greusse bronshe. É le tronshe, on lez étale, che le chon trou greusse. [Conf.2]
On fât de bouesc arriér dens le ripes. On cope des abros, pués de grôsses branches. Et les tronches, on les étâle, se le sont trop grôsses. On fait du bois aussi des les rippes (petites parcelles de bois). On coupe des arbres, puis de grosses branches. Et on étale les tronches (on les espace en en élagant certaines) si elles sont trop grosses.
fribourgeois
èthalâ (ch')
ètharbalâ (ch')
èthêdre (ch')
inpantyi
exemple
Fô inkotyi la pâtha, pâ tru l’inpathâ, la léchi rèpojâ, l’inpantyi, la tayi, fathenâ lè roulô. [Trey.1]
Fôt encotiér la pâtha, pas trop l’empathâr, la lèssiér reposar, l’impantiér, la talyér, façonar les roulôs. (Pour faire des bricelets) Il faut préparer la pâte, ne pas trop la pétrir, la laisser reposer, l’étaler, la découper, façonner les rouleaux.
étalon
n.
ORB
ètalon
bressan
étalon
fribourgeois
èthalon
tsavô intyê
étang
n.
ORB
sèrva
ètang
bressan
étan
exemple
È ce que consèrne les éye, y a lé mazhé, lés étan, le charve, le chourche, le regueule, lé teré, lé bi… [Conf.2]
En cen que concèrne les égoues, y at lés marès, lés ètangs, les sèrves, les sôrses, les regôles, lés tèrréls, lés biéds… S'agissant des étendues ou cours d'eau, il y a les marais, les étangs, les mares, les sources, les fossés, les biefs...
fribourgeois
èthan
liti
étape
n.
ORB
ètapa
fribourgeois
terya
trota
vètere
vitere
yètâye
état
n.
ORB
ètat
bressan
étâ
exemple
Zhe me contantou d'étre dan l'étâ que zhe si, in!
Je me contente d'être dans l'état où je suis, hein!
fribourgeois
ètha
étayer
v.
ORB
acotar
cotar
ètampar
bressan
étèpô
fribourgeois
brechèyi
ètèyi
kontre-bindâ
kotâ
été
n.
ORB
chôd-temps
bon-temps
étif
étâf
bressan
bon-té
bon-tin
été
étô
shô-té
exemple
On peu contô su lou bon tin de la Sin-Martin.
On pôt comptar sur lo bon-temps de la Sent-Martin. On peut compter sur l'été de la Saint-Martin.
Y avë na cantine l'evè, mé pô l'été.
L'y avêt na cantina l'hivèrn, mas pas l'étif. Il y avait une cantine l'hiver, mais pas l'été.
É fé vramè na bréva féta. Y a vramè du mondou. É pi é l'étô, lou mondou ch'aréte... Lou mondou ch'aréte, é l'étô. [Rom.1]
O fét verément na brâva féta. Y at verément du mondo. Et pués est l'étâf, lo mondo s'arrète... Lo mondo s'arrète, est l'étâf. Ça fait vraiment une belle fête. Il y a vraiment du monde. Et c'est l'été, les gens s'arrêtent. (bis)
fribourgeois
tsôtin
exemple
Mi dè mé, va chohyâ on piti mo a l’oroye dou tsôtin.
Mês de mê, va sofllar un petit mot a l'orelye du chôd-temps. Mois de mai, va souffler un petit mot à l’oreille de l’été.
éteindre
v.
ORB
amortir
ètiendre
bressan
étèdre
èmourtô
fribourgeois
dèhyindre
étendre
v.
ORB
ètendre
engouar
écouar
bressan
étèdre
exemple
Pi apré on l'étèvide su lou fi d'arshyô. De co i réstôve deu tra zhou qué y éve l'evâr. [Conf.1]
Pués aprés, on l'ètendéve sur lo fil d'archâl. De côps, il réstâve doux três jorns. quand y ére l'hivèrn. Après on l'étendait (le linge) sur le fil de fer. Parfois, il restait deux ou trois jours, quand c'était l'hiver.
fribourgeois
èthpedre
èthindre
inpantchi
éternel (-le)
adj.
ORB
éternel (-a)